Les syndicats réclamaient depuis janvier la suppression de la pratique, soulignant notamment que certains travailleurs ne percevaient pas toujours l'entièreté de leur salaire et que cela favorisait le travail au noir. Les fédérations patronales ont plusieurs fois obtenu le report de la mise en application ferme de la mesure, mais, à la suite du rejet syndical du 16 novembre dernier, celle-ci entrera en vigueur avec un délai de deux mois, soit le 2 février. Les fédérations déplorent que les syndicats aient mis fin à cette exception, notamment pour les étudiants ou pour les travailleurs engagés pour de très courtes périodes. (Belga)

Les syndicats réclamaient depuis janvier la suppression de la pratique, soulignant notamment que certains travailleurs ne percevaient pas toujours l'entièreté de leur salaire et que cela favorisait le travail au noir. Les fédérations patronales ont plusieurs fois obtenu le report de la mise en application ferme de la mesure, mais, à la suite du rejet syndical du 16 novembre dernier, celle-ci entrera en vigueur avec un délai de deux mois, soit le 2 février. Les fédérations déplorent que les syndicats aient mis fin à cette exception, notamment pour les étudiants ou pour les travailleurs engagés pour de très courtes périodes. (Belga)