Depuis l'annonce en 2016 d'une voiture à 35.000 dollars - la Model 3 - Tesla avait accumulé les retards de production. Les shorters s'en donnaient à coeur joie pour parier sur le titre à la baisse. Elon Musk promettait, Tesla reportait. Mais avec ces chiffres positifs, Tesla " a défié les prévisions de Wall Street et donné au CEO en difficulté une nou...

Depuis l'annonce en 2016 d'une voiture à 35.000 dollars - la Model 3 - Tesla avait accumulé les retards de production. Les shorters s'en donnaient à coeur joie pour parier sur le titre à la baisse. Elon Musk promettait, Tesla reportait. Mais avec ces chiffres positifs, Tesla " a défié les prévisions de Wall Street et donné au CEO en difficulté une nouvelle crédibilité ", écrit le Wall Street Journal. Elon Musk promet que la rentabilité sera aussi au rendez-vous pour le quatrième trimestre. Pour mesurer les progrès réalisés par Tesla, rappelons que son résultat net au troisième trimestre 2017 était de -619,4 millions de dollars. En 2018, les ventes ont plus que doublé pour arriver à 6,1 milliards de dollars (activité auto). La Bourse a salué la performance avec une hausse de 9 % du titre sur un jour. Si les résultats se maintiennent dans le vert au fil des trimestres, la viabilité de Tesla ne pourra plus être mise en cause. Ce virage est d'autant plus important que la concurrence va brutalement s'intensifier. Le groupe VW, Daimler, BMW et d'autres vont aligner des modèles " anti-Tesla ". Porsche prépare ainsi une Tycan, qui devrait rivaliser en 2019 avec la Model 3 haut de gamme, avec un tarif agressif (autour des 70.000 euros, selon Bloomberg). Mais Tesla possède une longueur d'avance sur les autres. La société est parvenue à gagner de l'argent avec ses modèles électriques. Plus de 56.000 Model 3 ont été livrées durant le troisième trimestre. " Le marché des sedan premium de taille moyenne est plus de deux fois plus grand en Europe qu'aux Etats-Unis ", ajoute Tesla, qui évoque une livraison de ce modèle sur le Vieux Continent l'an prochain.