La DGCCRF a décidé de transmettre au parquet de Paris les conclusions de son enquête concernant "d'éventuelles tromperies" sur les émissions polluantes de véhicules diesel du groupe Fiat Chrysler Automobile (FCA), a annoncé lundi soir le ministère de l'Economie. La DGCCRF s'est appuyée sur les résultats de tests menés sur des véhicules ainsi que "sur l'analyse de documents transmis par le constructeur", a précisé Bercy, en soulignant qu'"il revenait maintenant à la Justice de donner les suites qu'elle jugerait nécessaires à ces manquements présumés". "FCA prend acte de la décision de la DGCCRF de transmettre le dossier au parquet pour des investigations supplémentaires", a réagi un porte-parole du groupe en Italie. FCA "réaffirme que ses véhicules diesel sont totalement conformes aux normes en matière d'émissions, comme confirmé par la seule autorité compétente concernant les homologations de FCA, le ministère italien des Transports". Tout en soulignant ne "pas être informé des faits qui pourraient être à la base des allégations de la DGCCRF", le porte-parole du groupe a expliqué que "FCA avait déjà fourni une démonstration détaillée à la DGCCRF et au ministère de l'Environnement du fait que les résultats de certains tests menés par l'IFPEN (l'organisme en charge en France, NDLR) ne correspondaient pas aux résultats des tests menés par le ministère italien des Transports et par FCA". Le groupe exprime donc "ses plus amples réserves concernant des tests menés sur un simple exemplaire du modèle en question et selon des méthodologies de tests non prévues par les régulations actuelles". FCA, qui "continuera à coopérer à toutes investigations menées par les autorités compétentes", "est pleinement confiant que la question sera clarifiée très rapidement", a conclu le porte-parole. (Belga)

La DGCCRF a décidé de transmettre au parquet de Paris les conclusions de son enquête concernant "d'éventuelles tromperies" sur les émissions polluantes de véhicules diesel du groupe Fiat Chrysler Automobile (FCA), a annoncé lundi soir le ministère de l'Economie. La DGCCRF s'est appuyée sur les résultats de tests menés sur des véhicules ainsi que "sur l'analyse de documents transmis par le constructeur", a précisé Bercy, en soulignant qu'"il revenait maintenant à la Justice de donner les suites qu'elle jugerait nécessaires à ces manquements présumés". "FCA prend acte de la décision de la DGCCRF de transmettre le dossier au parquet pour des investigations supplémentaires", a réagi un porte-parole du groupe en Italie. FCA "réaffirme que ses véhicules diesel sont totalement conformes aux normes en matière d'émissions, comme confirmé par la seule autorité compétente concernant les homologations de FCA, le ministère italien des Transports". Tout en soulignant ne "pas être informé des faits qui pourraient être à la base des allégations de la DGCCRF", le porte-parole du groupe a expliqué que "FCA avait déjà fourni une démonstration détaillée à la DGCCRF et au ministère de l'Environnement du fait que les résultats de certains tests menés par l'IFPEN (l'organisme en charge en France, NDLR) ne correspondaient pas aux résultats des tests menés par le ministère italien des Transports et par FCA". Le groupe exprime donc "ses plus amples réserves concernant des tests menés sur un simple exemplaire du modèle en question et selon des méthodologies de tests non prévues par les régulations actuelles". FCA, qui "continuera à coopérer à toutes investigations menées par les autorités compétentes", "est pleinement confiant que la question sera clarifiée très rapidement", a conclu le porte-parole. (Belga)