L'ajournement du conseil d'entreprise extraordinaire devrait permettre aux deux parties de finaliser les discussions autour des modalités d'exécution des préaccords négociés et de les traduire dans des conventions collectives de travail (CCT). Programmées pour durer quelques jours, ces discussions ont pris plus de temps que prévu. "Il y a encore des points à convenir", a indiqué Emmanuel Chemello, permanent CSC. "Il faut finaliser la traduction juridique des préaccords", a pour sa part affirmé la porte-parole de l'entreprise. Le conseil d'entreprise extraordinaire devrait se tenir le 23 mars prochain. (Belga)

L'ajournement du conseil d'entreprise extraordinaire devrait permettre aux deux parties de finaliser les discussions autour des modalités d'exécution des préaccords négociés et de les traduire dans des conventions collectives de travail (CCT). Programmées pour durer quelques jours, ces discussions ont pris plus de temps que prévu. "Il y a encore des points à convenir", a indiqué Emmanuel Chemello, permanent CSC. "Il faut finaliser la traduction juridique des préaccords", a pour sa part affirmé la porte-parole de l'entreprise. Le conseil d'entreprise extraordinaire devrait se tenir le 23 mars prochain. (Belga)