Les principaux problèmes pour les activités des entreprises sont la baisse de la demande (67%), les règles de distanciation sociale (39%), la disponibilité des travailleurs (38%) et l'approvisionnement en matières premières et en pièces (39%).

Le taux d'activité dépend toutefois fortement d'un secteur à l'autre. L'IT dispose ainsi du niveau d'activité le plus élevé: 77,3% des activités normales s'y poursuivent. Le secteur des matériaux, dont les producteurs de métaux non ferreux, les fonderies et les fabricants de produits métalliques, suit avec 75,6%. Vient ensuite le secteur des télécommunications avec 73,3% (+13,3% par rapport au précédent baromètre). Le télétravail est fort utilisé dans ce domaine avec pas moins de 92% de personnes travaillant de chez elles.

De belles progressions sont observées dans l'industrie manufacturière (30,5%) et dans les secteurs de l'aéronautique et de l'aérospatiale, de la sécurité et de la défense (20%), mais ces secteurs étaient presque complètement à l'arrêt il y a deux semaines.

Le taux d'activité est à la baisse dans un seul secteur, celui des entreprises actives dans les produits, techniques et services pour l'installation, l'entretien et l'exploitation de bâtiments, infrastructures et industries. Il passe de 60,6 à 51,5% en 15 jours. "Les tâches de maintenance non essentielles sont actuellement reportées par de nombreuses entreprises ainsi que le fait que le respect de la distanciation sociale n'est pas toujours techniquement possible pour de telles activités, ce qui rend donc ces dernières impossibles pour le moment", constate Agoria.

Distanciation sociale est techniquement impossible

Comme pour un certain nombre d'activités, cette distanciation sociale est techniquement impossible, Agoria estime qu'il faut envisager d'autres mesures, dans le cadre d'une approche globale de la prévention, présentant les mêmes garanties pour prévenir la propagation du virus.

Agoria précise encore que 45% des travailleurs de l'industrie de la technologie sont au moins en chômage temporaire partiel. Les chiffres les plus élevés sont relevés dans les secteurs de l'aéronautique et de l'aérospatiale, de la sécurité et de la défense où neuf personnes sur 10 sont au chômage temporaire. Quatorze pour cent de toutes les entreprises technologiques connaissent déjà actuellement des problèmes financiers, à savoir une trésorerie insuffisante ou des problème d'assurance-crédit.

L'enquête a été réalisée par téléphone entre le 7 et le 10 avril auprès de 333 entreprises technologiques.

Les principaux problèmes pour les activités des entreprises sont la baisse de la demande (67%), les règles de distanciation sociale (39%), la disponibilité des travailleurs (38%) et l'approvisionnement en matières premières et en pièces (39%). Le taux d'activité dépend toutefois fortement d'un secteur à l'autre. L'IT dispose ainsi du niveau d'activité le plus élevé: 77,3% des activités normales s'y poursuivent. Le secteur des matériaux, dont les producteurs de métaux non ferreux, les fonderies et les fabricants de produits métalliques, suit avec 75,6%. Vient ensuite le secteur des télécommunications avec 73,3% (+13,3% par rapport au précédent baromètre). Le télétravail est fort utilisé dans ce domaine avec pas moins de 92% de personnes travaillant de chez elles. De belles progressions sont observées dans l'industrie manufacturière (30,5%) et dans les secteurs de l'aéronautique et de l'aérospatiale, de la sécurité et de la défense (20%), mais ces secteurs étaient presque complètement à l'arrêt il y a deux semaines. Le taux d'activité est à la baisse dans un seul secteur, celui des entreprises actives dans les produits, techniques et services pour l'installation, l'entretien et l'exploitation de bâtiments, infrastructures et industries. Il passe de 60,6 à 51,5% en 15 jours. "Les tâches de maintenance non essentielles sont actuellement reportées par de nombreuses entreprises ainsi que le fait que le respect de la distanciation sociale n'est pas toujours techniquement possible pour de telles activités, ce qui rend donc ces dernières impossibles pour le moment", constate Agoria. Distanciation sociale est techniquement impossible Comme pour un certain nombre d'activités, cette distanciation sociale est techniquement impossible, Agoria estime qu'il faut envisager d'autres mesures, dans le cadre d'une approche globale de la prévention, présentant les mêmes garanties pour prévenir la propagation du virus. Agoria précise encore que 45% des travailleurs de l'industrie de la technologie sont au moins en chômage temporaire partiel. Les chiffres les plus élevés sont relevés dans les secteurs de l'aéronautique et de l'aérospatiale, de la sécurité et de la défense où neuf personnes sur 10 sont au chômage temporaire. Quatorze pour cent de toutes les entreprises technologiques connaissent déjà actuellement des problèmes financiers, à savoir une trésorerie insuffisante ou des problème d'assurance-crédit. L'enquête a été réalisée par téléphone entre le 7 et le 10 avril auprès de 333 entreprises technologiques.