La Commission fédérale du commerce (FTC) a poursuivi Facebook pour abus de position dominante. Elle l'accuse d'avoir voulu éliminer des concurrents potentiels pendant des années, notamment en les rachetant. L'entreprise devrait dès lors être démantelée, estime-t-elle. Sheryl Sandberg a souligné que les acquisitions d'Instagram et de WhatsApp ont été validées par le gouvernement américain, respectivement en 2012 et 2014. Pour elle, il est inimaginable d'obtenir d'abord le feu vert pour une acquisition, puis de se l'entendre reprocher des années plus tard. "Cela créera un énorme problème pour les entreprises américaines", également sur le marché international, a-t-elle soutenu. Quant au monopole de Facebook, Mme Sandberg a pointé l'ascension rapide de services concurrents tels que iMessage, TikTok ou Snapchat. En outre, Facebook n'est pas comparable à un fournisseur d'électricité, par exemple, a-t-elle argué. "Chacun a le choix de ce à quoi il prête attention." L'entreprise affirme par ailleurs que scinder les messageries en ligne Messenger, WhatsApp et celle d'Instagram n'est pas possible car elles sont à présent toutes reliées. (Belga)

La Commission fédérale du commerce (FTC) a poursuivi Facebook pour abus de position dominante. Elle l'accuse d'avoir voulu éliminer des concurrents potentiels pendant des années, notamment en les rachetant. L'entreprise devrait dès lors être démantelée, estime-t-elle. Sheryl Sandberg a souligné que les acquisitions d'Instagram et de WhatsApp ont été validées par le gouvernement américain, respectivement en 2012 et 2014. Pour elle, il est inimaginable d'obtenir d'abord le feu vert pour une acquisition, puis de se l'entendre reprocher des années plus tard. "Cela créera un énorme problème pour les entreprises américaines", également sur le marché international, a-t-elle soutenu. Quant au monopole de Facebook, Mme Sandberg a pointé l'ascension rapide de services concurrents tels que iMessage, TikTok ou Snapchat. En outre, Facebook n'est pas comparable à un fournisseur d'électricité, par exemple, a-t-elle argué. "Chacun a le choix de ce à quoi il prête attention." L'entreprise affirme par ailleurs que scinder les messageries en ligne Messenger, WhatsApp et celle d'Instagram n'est pas possible car elles sont à présent toutes reliées. (Belga)