"Nous prenons effectivement décision en toute responsabilité en ce mardi soir, de ne pas commercialiser à l'heure qu'il est ce produit en France", a-t-il annoncé.

Plus tôt dans la journée, Xavier Rivoire avait affirmé à l'AFP assumer "complètement le choix de rendre le sport accessible pour toutes les femmes dans le monde."

Le "hijab" de sport, déjà commercialisé au Maroc, devait prendre place dans les rayons des Décathlon de France dans les prochaines semaines.

L'annonce de sa commercialisation a suscité une polémique en France mardi.

Pour Aurore Bergé, porte-parole de La République en marche, "le sport émancipe. Il ne soumet pas. Mon choix de femme et de citoyenne sera de ne plus faire confiance à une marque qui rompt avec nos valeurs. Ceux qui tolèrent les femmes dans l'espace public uniquement quand elles se cachent ne sont pas des amoureux de la liberté".

Valérie Rabault, la présidente du groupe PS à l'Assemblée nationale, avait demandé sur Twitter le "boycott" de la marque française, tout comme Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.