Le groupe, qui gère les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne, Dublin, Oslo et Milan, a publié un bénéfice net annuel de 413,3 millions d'euros (+31%) pour un chiffre d'affaires de 1,298 milliard d'euros, en hausse de 46,9% sur un an (et de 3,3% en données comparables), conforme aux attentes des analystes. L'intégration dans le périmètre du groupe de Borsa Italiana, dont le rachat a été finalisé en avril, a contribué à hauteur de 337,7 millions au chiffre d'affaires 2021, via sa plateforme de négociation de titres obligataire MTS ainsi que son activité de compensation et de règlement, souligne l'opérateur boursier paneuropéen dans un communiqué. Euronext, qui a aussi pleinement profité du dynamisme des introductions en Bourse (112 cotations) l'an passé, a enregistré sa "meilleure année" de son histoire, s'est réjoui Stéphane Boujnah, le patron du groupe. Désormais, plus de la moitié du chiffre d'affaires (55%, contre 50% en 2020) provient des activités dites post-marché, c'est-à-dire celles qui ne dépendent pas des volumes de transactions, telles que les données de marché, activités post-transactions, services aux émetteurs et aux investisseurs. Euronext, qui a dépassé ses objectifs en termes de contrôle des coûts l'an dernier, vise pour 2022 des coûts non récurrents identiques à ceux du quatrième trimestre annualisé, soit environ 622 millions d'euros. Il vise une croissance de 3 à 4% par an en moyenne de son chiffre d'affaires d'ici à 2024. (Belga)

Le groupe, qui gère les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne, Dublin, Oslo et Milan, a publié un bénéfice net annuel de 413,3 millions d'euros (+31%) pour un chiffre d'affaires de 1,298 milliard d'euros, en hausse de 46,9% sur un an (et de 3,3% en données comparables), conforme aux attentes des analystes. L'intégration dans le périmètre du groupe de Borsa Italiana, dont le rachat a été finalisé en avril, a contribué à hauteur de 337,7 millions au chiffre d'affaires 2021, via sa plateforme de négociation de titres obligataire MTS ainsi que son activité de compensation et de règlement, souligne l'opérateur boursier paneuropéen dans un communiqué. Euronext, qui a aussi pleinement profité du dynamisme des introductions en Bourse (112 cotations) l'an passé, a enregistré sa "meilleure année" de son histoire, s'est réjoui Stéphane Boujnah, le patron du groupe. Désormais, plus de la moitié du chiffre d'affaires (55%, contre 50% en 2020) provient des activités dites post-marché, c'est-à-dire celles qui ne dépendent pas des volumes de transactions, telles que les données de marché, activités post-transactions, services aux émetteurs et aux investisseurs. Euronext, qui a dépassé ses objectifs en termes de contrôle des coûts l'an dernier, vise pour 2022 des coûts non récurrents identiques à ceux du quatrième trimestre annualisé, soit environ 622 millions d'euros. Il vise une croissance de 3 à 4% par an en moyenne de son chiffre d'affaires d'ici à 2024. (Belga)