Le taux de chômage a grimpé à 15,3% au deuxième trimestre contre 14,4% au premier, portant le nombre de chômeurs à 3,37 millions, selon l'Institut national de la statistique (INE). Mais ce chiffre, qui représente une hausse de 55.000 chômeurs par rapport au trimestre précédent, est très nettement sous-évalué, car environ 1,1 million de personnes ont été classées "inactives", reconnaît l'INE. Le confinement et la fermeture de nombreuses entreprises ont "empêché" ces personnes de chercher un emploi et elles n'ont donc pas rempli les critères requis pour être comptées au nombre des chômeurs, explique l'organisme public. En outre, le nombre officiel de chômeurs n'inclut pas le nombre massif de personnes ayant été au chômage partiel ou technique durant ce deuxième trimestre qui s'est presque entièrement déroulé dans un contexte de confinement total ou partiel de l'Espagne. Le nombre de postes de travail a reculé d'un million, dont plus de 800.000 dans les services, un secteur où le tourisme joue un rôle majeur. Le nombre d'heures travaillées a connu "une baisse sans précédent" de près de 23% par rapport au trimestre précédent, précise l'INE. En raison du poids du tourisme dans l'économie espagnole (12% du PIB), qui comptait déjà un grand nombre d'emplois précaires, l'impact de la pandémie sur le chômage promet d'être particulièrement violent. Le gouvernement table sur 19% de chômage pour la fin 2020 et le Fonds monétaire international sur 20,8%. (Belga)

Le taux de chômage a grimpé à 15,3% au deuxième trimestre contre 14,4% au premier, portant le nombre de chômeurs à 3,37 millions, selon l'Institut national de la statistique (INE). Mais ce chiffre, qui représente une hausse de 55.000 chômeurs par rapport au trimestre précédent, est très nettement sous-évalué, car environ 1,1 million de personnes ont été classées "inactives", reconnaît l'INE. Le confinement et la fermeture de nombreuses entreprises ont "empêché" ces personnes de chercher un emploi et elles n'ont donc pas rempli les critères requis pour être comptées au nombre des chômeurs, explique l'organisme public. En outre, le nombre officiel de chômeurs n'inclut pas le nombre massif de personnes ayant été au chômage partiel ou technique durant ce deuxième trimestre qui s'est presque entièrement déroulé dans un contexte de confinement total ou partiel de l'Espagne. Le nombre de postes de travail a reculé d'un million, dont plus de 800.000 dans les services, un secteur où le tourisme joue un rôle majeur. Le nombre d'heures travaillées a connu "une baisse sans précédent" de près de 23% par rapport au trimestre précédent, précise l'INE. En raison du poids du tourisme dans l'économie espagnole (12% du PIB), qui comptait déjà un grand nombre d'emplois précaires, l'impact de la pandémie sur le chômage promet d'être particulièrement violent. Le gouvernement table sur 19% de chômage pour la fin 2020 et le Fonds monétaire international sur 20,8%. (Belga)