Le ministre wallon a déjeuné mercredi avec le CEO de Thunder Power, en marge de la mission économique belge en Chine. Au cours de l'entretien, qualifié de "très positif" dans l'entourage de M. Borsus, le responsable de Thunder Power a confirmé le calendrier qui prévoit la constitution de la filiale belge d'ici la fin de l'année, le bouclage du montage financier début 2020 et le lancement, dans le courant de l'année prochaine, des différentes procédures nécessaires (autorisations, homologation, permis...). Le début de la construction de l'usine interviendrait alors en 2021 pour une mise en production en 2022.

Un planning un peu retardé par rapport à l'annonce initiale, mais qui semble logique au ministre. "Cela me semble être un processus raisonnablement rapide pour un projet de cette ampleur", indique-il. Si un tel projet comporte toujours "une part d'incertitude" et qu'il faut "rester vigilants", M. Borsus s'est dit "raisonnablement positif" après la rencontre. "J'ai entendu un message très rassurant et volontariste, il y a un vrai engagement dans ce projet à Charleroi."

Thunder Power avait annoncé en octobre 2018, en grandes pompes, son arrivée à Charleroi, en collaboration avec la Sogepa, pour y assembler une voiture électrique de type citadine baptisée "Chloé". Mais le constructeur s'était fait particulièrement discret depuis lors faisant craindre à d'aucuns que le projet, potentiellement créateur de centaines d'emplois, ait du plomb dans l'aile.