Samedi, 5.410 produits américains seront taxés à hauteur de 10%, 20%, voire 25% sur un ensemble de marchandises américaines déjà pénalisées à leur entrée en Chine. Cette mesure, qui vise 60 milliards de dollars d'importations annuelles, est une réponse aux droits de douane supplémentaires sur des produits chinois d'une valeur de 200 milliards de dollars, annoncés début mai par le président américain Donald Trump. Le montant des biens échangés entre les deux pays s'élève à 360 milliards de dollars. Cette nouvelle salve de Pékin cible notamment les produits cosmétiques, les articles de cuisine ou de sport, mais aussi les pianos, les préservatifs ou encore les jouets, qui seront taxés à hauteur de 25%. Elle intervient en pleine escalade du conflit entre la première et la deuxième puissance économique mondiale. Vendredi, Pékin a dégainé une nouvelle arme en annonçant la création de sa propre liste noire d'entreprises étrangères considérées comme "non fiables". Une réponse à la décision américaine, courant mai, de placer Huawei sur une liste d'entreprises suspectes, auxquelles les entités américaines ne peuvent vendre d'équipements technologiques. (Belga)

Samedi, 5.410 produits américains seront taxés à hauteur de 10%, 20%, voire 25% sur un ensemble de marchandises américaines déjà pénalisées à leur entrée en Chine. Cette mesure, qui vise 60 milliards de dollars d'importations annuelles, est une réponse aux droits de douane supplémentaires sur des produits chinois d'une valeur de 200 milliards de dollars, annoncés début mai par le président américain Donald Trump. Le montant des biens échangés entre les deux pays s'élève à 360 milliards de dollars. Cette nouvelle salve de Pékin cible notamment les produits cosmétiques, les articles de cuisine ou de sport, mais aussi les pianos, les préservatifs ou encore les jouets, qui seront taxés à hauteur de 25%. Elle intervient en pleine escalade du conflit entre la première et la deuxième puissance économique mondiale. Vendredi, Pékin a dégainé une nouvelle arme en annonçant la création de sa propre liste noire d'entreprises étrangères considérées comme "non fiables". Une réponse à la décision américaine, courant mai, de placer Huawei sur une liste d'entreprises suspectes, auxquelles les entités américaines ne peuvent vendre d'équipements technologiques. (Belga)