"C'est la première fois qu'est appliquée la fameuse 'procédure de transaction'", a constaté Kris Peeters. "Elle implique notamment que les entreprises concernées reconnaissent avoir participé à une infraction, et acceptent les sanctions proposées. Il en découle une diminution de 10 pour cent du montant de l'amende mais il n'y aura plus d'appel possible de la décision. Les 174 millions d'euros sont donc acquis pour le Trésor public", a-t-il commenté plus avant.

Le ministre observe "que trop souvent encore, la concurrence déloyale continue à s'exercer, entraînant une distorsion du marché et de la concurrence". Il souligne les effets négatifs de tels comportements sur la viabilité des entreprises et de l'emploi. "L'Autorité belge de la concurrence démontre avec ce verdict qu'elle remplit parfaitement son rôle, ce qui est bénéfique tant pour les consommateurs que pour les entreprises", a conclu lundi Kris Peeters. La transaction a été conclue par l'auditorat de l'Autorité belge de la concurrence.

"C'est la première fois qu'est appliquée la fameuse 'procédure de transaction'", a constaté Kris Peeters. "Elle implique notamment que les entreprises concernées reconnaissent avoir participé à une infraction, et acceptent les sanctions proposées. Il en découle une diminution de 10 pour cent du montant de l'amende mais il n'y aura plus d'appel possible de la décision. Les 174 millions d'euros sont donc acquis pour le Trésor public", a-t-il commenté plus avant. Le ministre observe "que trop souvent encore, la concurrence déloyale continue à s'exercer, entraînant une distorsion du marché et de la concurrence". Il souligne les effets négatifs de tels comportements sur la viabilité des entreprises et de l'emploi. "L'Autorité belge de la concurrence démontre avec ce verdict qu'elle remplit parfaitement son rôle, ce qui est bénéfique tant pour les consommateurs que pour les entreprises", a conclu lundi Kris Peeters. La transaction a été conclue par l'auditorat de l'Autorité belge de la concurrence.