L'accompagnateur de train, qui officie comme chef de bord, a été mis "hors sécurité" par sa direction jusqu'à la fin du mois de janvier afin de pouvoir être interrogé dans le cadre de l'enquête administrative. Il fait l'objet d'inspections de la SNCB et de HR Rail. Pour la CGSP Cheminots, cette pratique n'est rien de moins "qu'une atteinte aux droits syndicaux de faire des piquets de grève et de s'exprimer". Le syndicat indique en effet qu'il a reçu six témoignages "démentant formellement" le récit de la présumée victime. (Belga)

L'accompagnateur de train, qui officie comme chef de bord, a été mis "hors sécurité" par sa direction jusqu'à la fin du mois de janvier afin de pouvoir être interrogé dans le cadre de l'enquête administrative. Il fait l'objet d'inspections de la SNCB et de HR Rail. Pour la CGSP Cheminots, cette pratique n'est rien de moins "qu'une atteinte aux droits syndicaux de faire des piquets de grève et de s'exprimer". Le syndicat indique en effet qu'il a reçu six témoignages "démentant formellement" le récit de la présumée victime. (Belga)