Selon un "ponte" du secteur cité par le Canard, Engie voudrait se débarrasser du "nid à emmerdes" que constitue le parc nucléaire belge, dont six des sept réacteurs seront indisponibles en novembre en raison de problèmes techniques. Isabelle Kocher aurait proposé, lors du même entretien, la participation de 49% qu'Engie possède dans la Compagnie nationale du Rhône, une offre également déclinée. Engie a démenti tout projet de vente auprès de l'hebdomadaire, mais ce dernier insinue que cela ne pourrait être qu'une question de temps. Selon un analyste cité par le Canard, ce mouvement qui étonne dans le secteur serait motivé par une volonté de céder des actifs pour réduire l'endettement du groupe, dont le titre a dévissé de 13,4% depuis un an. Lundi, la directrice financière du groupe avait reconnu que l'arrêt prolongé de Tihange allait peser sur son un excédent brut d'exploitation (Ebitda). (Belga)

Selon un "ponte" du secteur cité par le Canard, Engie voudrait se débarrasser du "nid à emmerdes" que constitue le parc nucléaire belge, dont six des sept réacteurs seront indisponibles en novembre en raison de problèmes techniques. Isabelle Kocher aurait proposé, lors du même entretien, la participation de 49% qu'Engie possède dans la Compagnie nationale du Rhône, une offre également déclinée. Engie a démenti tout projet de vente auprès de l'hebdomadaire, mais ce dernier insinue que cela ne pourrait être qu'une question de temps. Selon un analyste cité par le Canard, ce mouvement qui étonne dans le secteur serait motivé par une volonté de céder des actifs pour réduire l'endettement du groupe, dont le titre a dévissé de 13,4% depuis un an. Lundi, la directrice financière du groupe avait reconnu que l'arrêt prolongé de Tihange allait peser sur son un excédent brut d'exploitation (Ebitda). (Belga)