Des actions de grève au sein de Canac2, le centre de contrôle du trafic aérien de Steenokkerzeel, avaient déjà provoqué des retards mardi. Des aiguilleurs du ciel ont ainsi arrêté le travail ou se sont signalés comme étant malades. Skeyes a fait constater plusieurs d'entre elles comme étant illégales, selon son porte-parole Dominique Dehaene. Aucun trafic aérien n'a été possible au-dessus du pays dans la nuit de mardi à mercredi, entre 1h30 et 3h45. Ce sont principalement les vols cargo qui ont été touchés par ce mouvement de la Belgian Guild of Air Traffic Controllers (BGTAC), l'association professionnelle représentant la majorité des contrôleurs aériens. Les syndicats chrétien ACV-Transcom et libéral ACLVB ont déposé ces dernières semaines un préavis de grève en raison de toute une série de problèmes, dont un manque de personnel et une trop grande charge de travail. Ils avaient mené des actions d'avertissement la semaine passée. Direction et syndicats négocient régulièrement depuis le début des tensions sociales mais ne parviennent pas à s'entendre. Les négociations sont à présent à l'arrêt, après le dépôt de propositions finales de la direction lundi. Une rencontre est toutefois prévue vendredi dans le cadre de la commission paritaire, prévue de longue date. (Belga)

Des actions de grève au sein de Canac2, le centre de contrôle du trafic aérien de Steenokkerzeel, avaient déjà provoqué des retards mardi. Des aiguilleurs du ciel ont ainsi arrêté le travail ou se sont signalés comme étant malades. Skeyes a fait constater plusieurs d'entre elles comme étant illégales, selon son porte-parole Dominique Dehaene. Aucun trafic aérien n'a été possible au-dessus du pays dans la nuit de mardi à mercredi, entre 1h30 et 3h45. Ce sont principalement les vols cargo qui ont été touchés par ce mouvement de la Belgian Guild of Air Traffic Controllers (BGTAC), l'association professionnelle représentant la majorité des contrôleurs aériens. Les syndicats chrétien ACV-Transcom et libéral ACLVB ont déposé ces dernières semaines un préavis de grève en raison de toute une série de problèmes, dont un manque de personnel et une trop grande charge de travail. Ils avaient mené des actions d'avertissement la semaine passée. Direction et syndicats négocient régulièrement depuis le début des tensions sociales mais ne parviennent pas à s'entendre. Les négociations sont à présent à l'arrêt, après le dépôt de propositions finales de la direction lundi. Une rencontre est toutefois prévue vendredi dans le cadre de la commission paritaire, prévue de longue date. (Belga)