Le nombre de femmes au travail a ainsi augmenté de 69% par rapport à 1986, celui des hommes n'augmentant que de 8%. Le marché du travail s'est donc fortement féminisé en trois décennies, la part des femmes dans la population active occupée (salariés et indépendants) passant de 36% à 46% actuellement. Cette féminisation a été de pair avec une forte augmentation des salariés à temps partiel. Aujourd'hui, 45% des femmes salariées travaillent à temps partiel pour 11% des hommes salariés. En 1986, près d'un tiers de l'emploi de notre pays s'exerçait dans l'industrie pour à peine un cinquième actuellement. Les jobs se trouvent à présent plus dans le secteur des services commerciaux, qui occupe 42% des travailleurs contre 35% en 1986. Le secteur non-marchand grandit également passant de 29% des actifs occupés il y a 30 ans à 36% aujourd'hui. En outre, dans les années 80, plus de la moitié des travailleurs n'avait pas dépassé l'enseignement secondaire inférieur. De nos jours, ils ne sont plus que 16% dans le cas alors que 44% des travailleurs belges sont en possession d'un diplôme de l'enseignement supérieur. Enfin, le nombre d'indépendants est resté le même, et la part de ceux-ci dans l'emploi total s'élève autour de 15% depuis l'an 2000. (Belga)

Le nombre de femmes au travail a ainsi augmenté de 69% par rapport à 1986, celui des hommes n'augmentant que de 8%. Le marché du travail s'est donc fortement féminisé en trois décennies, la part des femmes dans la population active occupée (salariés et indépendants) passant de 36% à 46% actuellement. Cette féminisation a été de pair avec une forte augmentation des salariés à temps partiel. Aujourd'hui, 45% des femmes salariées travaillent à temps partiel pour 11% des hommes salariés. En 1986, près d'un tiers de l'emploi de notre pays s'exerçait dans l'industrie pour à peine un cinquième actuellement. Les jobs se trouvent à présent plus dans le secteur des services commerciaux, qui occupe 42% des travailleurs contre 35% en 1986. Le secteur non-marchand grandit également passant de 29% des actifs occupés il y a 30 ans à 36% aujourd'hui. En outre, dans les années 80, plus de la moitié des travailleurs n'avait pas dépassé l'enseignement secondaire inférieur. De nos jours, ils ne sont plus que 16% dans le cas alors que 44% des travailleurs belges sont en possession d'un diplôme de l'enseignement supérieur. Enfin, le nombre d'indépendants est resté le même, et la part de ceux-ci dans l'emploi total s'élève autour de 15% depuis l'an 2000. (Belga)