La compagnie aérienne Emirates de Dubaï, la plus importante du Moyen-Orient, et Etihad Airways d'Abu Dabi, avaient décidé le 1er avril dernier de réduire le salaire de leurs employés afin d'atténuer l'impact de la crise. Cette mesure devait normalement expirer à la fin du mois, mais les deux sociétés ont entre-temps décidé de la prolonger jusqu'à fin septembre. Il s'agit d'une réduction temporaire de 25 à 50% des salaires de base de la plupart des employés. Emirates envisagerait également de supprimer 30.000 emplois sur les plus de 100.000 pour rester à flot. Le gouvernement de Dubaï a indiqué qu'il souhaitait soutenir Emirates. Des emplois sont également menacés chez Etihad, de même que chez son concurrent Qatar Airways. (Belga)

La compagnie aérienne Emirates de Dubaï, la plus importante du Moyen-Orient, et Etihad Airways d'Abu Dabi, avaient décidé le 1er avril dernier de réduire le salaire de leurs employés afin d'atténuer l'impact de la crise. Cette mesure devait normalement expirer à la fin du mois, mais les deux sociétés ont entre-temps décidé de la prolonger jusqu'à fin septembre. Il s'agit d'une réduction temporaire de 25 à 50% des salaires de base de la plupart des employés. Emirates envisagerait également de supprimer 30.000 emplois sur les plus de 100.000 pour rester à flot. Le gouvernement de Dubaï a indiqué qu'il souhaitait soutenir Emirates. Des emplois sont également menacés chez Etihad, de même que chez son concurrent Qatar Airways. (Belga)