Ce plan, connu sous le nom de plan Bianca, autoriserait l'entrée dans le capital d'investisseurs belges, et même sans doute d'institutionnels, ce qui permettrait au groupe de répartir entre différents acteurs les coûts liés à ses centrales.

Ce plan, connu sous le nom de plan Bianca, autoriserait l'entrée dans le capital d'investisseurs belges, et même sans doute d'institutionnels, ce qui permettrait au groupe de répartir entre différents acteurs les coûts liés à ses centrales.