Une loi de 2019 prévoit que les intérimaires obtiennent le droit de vote dans l'entreprise où ils travaillent en tant qu'intérimaires lors des élections sociales de 2020. "Pour ce faire, ils doivent remplir un certain nombre de conditions, comme travailler depuis suffisamment longtemps dans l'entreprise où ils veulent voter: un intérimaire doit avoir travaillé pour la même entreprise au cours des sept derniers mois, soit 3 mois sans interruption, soit 65 jours calendaires distincts pour pouvoir obtenir le droit de vote", précise SD Worx. Lors du précédent scrutin, en 2016, "il y avait près de 1,2 million d'électeurs en Belgique. SD Worx s'attend à un nombre plus important en 2020, surtout maintenant que les intérimaires sont également autorisés à voter", souligne Valérie t'Serstevens, managing consultant de SD Worx. "Sur les quelque 768.000 électeurs que comptent nos clients, un peu moins de 19.000 sont des intérimaires ayant le droit de vote", relève-t-elle. Pour l'ensemble de la Belgique, il pourrait s'agir de 30.000 électeurs supplémentaires. Les élections sociales, qui se tiendront du 11 au 24 mai, permettent aux travailleurs d'élire, pour une durée de quatre ans, leurs représentants au sein des conseils d'entreprise - pour celles de plus de 100 travailleurs - et des comités pour la prévention et la protection du travail (CPPT) - pour celles d'au moins 50 travailleurs. (Belga)

Une loi de 2019 prévoit que les intérimaires obtiennent le droit de vote dans l'entreprise où ils travaillent en tant qu'intérimaires lors des élections sociales de 2020. "Pour ce faire, ils doivent remplir un certain nombre de conditions, comme travailler depuis suffisamment longtemps dans l'entreprise où ils veulent voter: un intérimaire doit avoir travaillé pour la même entreprise au cours des sept derniers mois, soit 3 mois sans interruption, soit 65 jours calendaires distincts pour pouvoir obtenir le droit de vote", précise SD Worx. Lors du précédent scrutin, en 2016, "il y avait près de 1,2 million d'électeurs en Belgique. SD Worx s'attend à un nombre plus important en 2020, surtout maintenant que les intérimaires sont également autorisés à voter", souligne Valérie t'Serstevens, managing consultant de SD Worx. "Sur les quelque 768.000 électeurs que comptent nos clients, un peu moins de 19.000 sont des intérimaires ayant le droit de vote", relève-t-elle. Pour l'ensemble de la Belgique, il pourrait s'agir de 30.000 électeurs supplémentaires. Les élections sociales, qui se tiendront du 11 au 24 mai, permettent aux travailleurs d'élire, pour une durée de quatre ans, leurs représentants au sein des conseils d'entreprise - pour celles de plus de 100 travailleurs - et des comités pour la prévention et la protection du travail (CPPT) - pour celles d'au moins 50 travailleurs. (Belga)