Le pouvoir en Belgique serait-il avant tout sportif? Le magazine Lobby, qui se veut "la revue des cercles du pouvoir", est en tout cas très impressionnée par les performances sportives puisque, pour la seconde année consécutive, elle consacre un sportif comme "leader de l'année". Le champion cycliste Eddy Merckx succède au palmarès à l'entraîneur des Diables rouges Roberto Martinez. Il a reçu son award ce mardi soir à Bozar.

En récompensant Eddy Merckx, le jury des Lobby Awards salue l'ensemble des festivités du premier weekend de juillet pour le départ du Tour de France. Plus de 500.000 personnes se sont amassées le long du parcours. Cette ferveur populaire a marqué les esprits et a certainement servi l'image de la capitale belge et européenne. Tout cela, on le doit évidemment aux équipes organisatrices mais aussi à Eddy Merckx. Bruxelles avait en effet été choisie comme ville-départ pour célébrer les 50 ans du premier Maillot jaune du plus grand cycliste de tous les temps.

Le podium des Lobby Awards est complété par Michel Barnier (négociateur européen pour le Brexit) et la Première ministre Sophie Wilmes.

Ilham Kadri, leader économique de l'année

Le jury des Lobby Awards décerne par ailleurs une série de prix spécifiques, visant à mettre à l'honneur des "leaders d'opinion" dans différents secteurs de la Belgique francophone, des personnes qui "portent des messages à la société". Le prix du "leader économique de l'année", auquel est associé Trends-Tendances, revient à Ilham Kadri, la nouvelle CEO de Solvay. Elle est récompensée pour l'impulsion donnée à ce groupe de 27.000 personnes pour une chimie de plus en plus verte. C'est la première fois en plus de 150 ans qu'une femme dirige le groupe Solvay. Le podium se complète avec Laurent Hublet (Be Central) et Jacques Crahay (président de l'Union wallonne des entreprises), ce qui atteste d'un choix résolument porté vers l'avenir -digital, environnemental et managerial- de notre économie.

"S'il faut un fil conducteur à nos prix, on peut dire que cette année, ce sont les Awards des anniversaires, résume Paul Grosjean, rédacteur en chef de Lobby. Au-delà de ce qui s'est passé en 2019, plusieurs personnalités ont été récompensées pour l'ensemble de leur carrière ou de leur oeuvre." C'est le cas bien entendu pour Eddy Merckx mais aussi pour la chorégraphe Michèle Anne De Mey, lauréate dans la catégorie "Patrimoine culturel bruxellois" et dont la compagnie "Astragales" fête ses 30 ans; pour le leader bruxellois de l'année, Marc Filipson, récompensé pour les 30 ans de la librairie "Filigranes", pôle culturel de la capitale où se tiennent de 250 à 300 rencontres d'auteurs chaque année; et pour le leader Béwé Anne Querinjean, directrice du musée L de Louvain-la-Neuve, un établissement très récent mais qui est la prolongation de l'Institut d'archéologie et d'histoire de l'art créé par l'université en 1979.

Le pouvoir en Belgique serait-il avant tout sportif? Le magazine Lobby, qui se veut "la revue des cercles du pouvoir", est en tout cas très impressionnée par les performances sportives puisque, pour la seconde année consécutive, elle consacre un sportif comme "leader de l'année". Le champion cycliste Eddy Merckx succède au palmarès à l'entraîneur des Diables rouges Roberto Martinez. Il a reçu son award ce mardi soir à Bozar.En récompensant Eddy Merckx, le jury des Lobby Awards salue l'ensemble des festivités du premier weekend de juillet pour le départ du Tour de France. Plus de 500.000 personnes se sont amassées le long du parcours. Cette ferveur populaire a marqué les esprits et a certainement servi l'image de la capitale belge et européenne. Tout cela, on le doit évidemment aux équipes organisatrices mais aussi à Eddy Merckx. Bruxelles avait en effet été choisie comme ville-départ pour célébrer les 50 ans du premier Maillot jaune du plus grand cycliste de tous les temps. Le podium des Lobby Awards est complété par Michel Barnier (négociateur européen pour le Brexit) et la Première ministre Sophie Wilmes.Le jury des Lobby Awards décerne par ailleurs une série de prix spécifiques, visant à mettre à l'honneur des "leaders d'opinion" dans différents secteurs de la Belgique francophone, des personnes qui "portent des messages à la société". Le prix du "leader économique de l'année", auquel est associé Trends-Tendances, revient à Ilham Kadri, la nouvelle CEO de Solvay. Elle est récompensée pour l'impulsion donnée à ce groupe de 27.000 personnes pour une chimie de plus en plus verte. C'est la première fois en plus de 150 ans qu'une femme dirige le groupe Solvay. Le podium se complète avec Laurent Hublet (Be Central) et Jacques Crahay (président de l'Union wallonne des entreprises), ce qui atteste d'un choix résolument porté vers l'avenir -digital, environnemental et managerial- de notre économie."S'il faut un fil conducteur à nos prix, on peut dire que cette année, ce sont les Awards des anniversaires, résume Paul Grosjean, rédacteur en chef de Lobby. Au-delà de ce qui s'est passé en 2019, plusieurs personnalités ont été récompensées pour l'ensemble de leur carrière ou de leur oeuvre." C'est le cas bien entendu pour Eddy Merckx mais aussi pour la chorégraphe Michèle Anne De Mey, lauréate dans la catégorie "Patrimoine culturel bruxellois" et dont la compagnie "Astragales" fête ses 30 ans; pour le leader bruxellois de l'année, Marc Filipson, récompensé pour les 30 ans de la librairie "Filigranes", pôle culturel de la capitale où se tiennent de 250 à 300 rencontres d'auteurs chaque année; et pour le leader Béwé Anne Querinjean, directrice du musée L de Louvain-la-Neuve, un établissement très récent mais qui est la prolongation de l'Institut d'archéologie et d'histoire de l'art créé par l'université en 1979.