Le programme Airbus A380 continue de "peser fortement" sur la performance d'EADS, qui a malgré tout confirmé ses objectifs pour l'exercice dans un communiqué. Le bénéfice net du groupe européen d'aéronautique et de défense a baissé de 39 % au premier trimestre de l'année, à 103 millions d'euros, sur fond de recul important (- 92 %) du résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) de sa principale filiale Airbus.

"Il nous faut faire des progrès sur l'A380, finaliser avec les Etats clients l'amendement au contrat de l'A400M (Ndlr, avion de transport militaire), tout en progressant sur le volet technique, et intensifier le développement de l'A350", le futur long-courrier d'Airbus, a déclaré Louis Gallois, président exécutif du géant de l'aéronautique, dans le communiqué.

Quoi qu'il en soit, EADS "confirme ses perspectives pour 2010" : un chiffre d'affaires "globalement stable" (42,8 milliards en 2009) et un résultat d'exploitation (Ebit) à environ 1 milliard d'euros.

Trends.be, avec Belga

Le programme Airbus A380 continue de "peser fortement" sur la performance d'EADS, qui a malgré tout confirmé ses objectifs pour l'exercice dans un communiqué. Le bénéfice net du groupe européen d'aéronautique et de défense a baissé de 39 % au premier trimestre de l'année, à 103 millions d'euros, sur fond de recul important (- 92 %) du résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) de sa principale filiale Airbus."Il nous faut faire des progrès sur l'A380, finaliser avec les Etats clients l'amendement au contrat de l'A400M (Ndlr, avion de transport militaire), tout en progressant sur le volet technique, et intensifier le développement de l'A350", le futur long-courrier d'Airbus, a déclaré Louis Gallois, président exécutif du géant de l'aéronautique, dans le communiqué.Quoi qu'il en soit, EADS "confirme ses perspectives pour 2010" : un chiffre d'affaires "globalement stable" (42,8 milliards en 2009) et un résultat d'exploitation (Ebit) à environ 1 milliard d'euros.Trends.be, avec Belga