Le 11 décembre, un Airbus A330-200 de la compagnie aérienne Brussels Airlines avait connu successivement des soucis de ses deux moteurs entre Kinshasa en République démocratique du Congo et Zaventem. Le moteur gauche s'était inopinément arrêté lors du vol, avant d'être rallumé, puis le moteur droit avait à son tour connu des soucis à l'approche de Brussels Airport. L'avion avait finalement atterri sans encombre en Belgique. Des tests ont révélé que le problème du moteur gauche était lié à un souci informatique mais également qu'une "contamination du kérosène" était à la base des dysfonctionnements du moteur droit, précise Maaike Andries de Brussels Airlines. L'enquête sur la source de contamination est toujours en cours, ajoute-t-elle. La compagnie a déjà effectué des contrôles dans les aéroports de Kinshasa, Douala (Cameroun) et Dakar (Sénégal) mais aucun kérosène contaminé n'a été détecté. "Il peut s'agir d'une erreur unique", poursuit la porte-parole, ajoutant que des contrôles supplémentaires sont prévus. L'Airbus A330-200 a effectué ce vendredi un premier vol test depuis cet incident. "Tout s'est bien passé et l'appareil est à nouveau opérationnel à 100%", confirme Maaike Andries. (Belga)