Cet accomplissement compense en partie l'année difficile que le géant du divertissement vient de traverser à cause de la pandémie, qui a entraîné la fermeture des parcs d'attraction et les cinémas. D'octobre à décembre, période correspondant au premier trimestre de l'exercice fiscal 2020/21, son chiffre d'affaires global a baissé de 22% à 16,25 milliards de dollars, un résultat néanmoins supérieur aux attentes du marché. Le titre du Royaume enchanté prenait près de 3% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street. "Disney va continuer à grandir dans le streaming, tandis que ses parcs, ses branches de télévision et de cinema vont rapidement se reprendre grâce à la vaccination et à l'expression de la demande contenue depuis des mois", a réagi Eric Haggstrom, analyste chez eMarketer. Il estime aussi que Disney+, qui a pris du service en novembre 2019, "a été l'un des lancements de produit récents les plus réussis". La plateforme, qui a bénéficié des mesures de confinement, de l'immense catalogue du groupe californien et de prix peu élevés par rapport aux concurrents, compte près de 95 millions d'abonnés. Par comparaison, Netflix, le pionnier du secteur, a récemment dépassé les 200 millions d'utilisateurs dans le monde. La branche de Disney qui comprend les services directs aux consommateurs (Disney+, ESPN +, Hulu) a généré 3,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires lors de ce trimestre, en hausse de 73% sur un an. La saison des fêtes a été rythmée par plusieurs sorties populaires, dont, fin octobre, la deuxième saison de The Mandalorian, une série qui se déroule dans l'univers de Star Wars. Mais cette période a aussi été marquée par les secondes vagues de la pandémie de Covid-19, qui ont forcé certains parcs à refermer leurs portes, comme les Disneyland de Paris et de Hong Kong. La division "parcs, expériences et produits dérivés" n'a généré que 3,6 milliards de dollars de recettes, moitié mois que l'année dernière au même trimestre. En tout, Disney n'a gagné que 17 millions de dollars de bénéfice net pendant la saison des fêtes, au lieu de 2,1 milliards il y un an. (Belga)

Cet accomplissement compense en partie l'année difficile que le géant du divertissement vient de traverser à cause de la pandémie, qui a entraîné la fermeture des parcs d'attraction et les cinémas. D'octobre à décembre, période correspondant au premier trimestre de l'exercice fiscal 2020/21, son chiffre d'affaires global a baissé de 22% à 16,25 milliards de dollars, un résultat néanmoins supérieur aux attentes du marché. Le titre du Royaume enchanté prenait près de 3% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street. "Disney va continuer à grandir dans le streaming, tandis que ses parcs, ses branches de télévision et de cinema vont rapidement se reprendre grâce à la vaccination et à l'expression de la demande contenue depuis des mois", a réagi Eric Haggstrom, analyste chez eMarketer. Il estime aussi que Disney+, qui a pris du service en novembre 2019, "a été l'un des lancements de produit récents les plus réussis". La plateforme, qui a bénéficié des mesures de confinement, de l'immense catalogue du groupe californien et de prix peu élevés par rapport aux concurrents, compte près de 95 millions d'abonnés. Par comparaison, Netflix, le pionnier du secteur, a récemment dépassé les 200 millions d'utilisateurs dans le monde. La branche de Disney qui comprend les services directs aux consommateurs (Disney+, ESPN +, Hulu) a généré 3,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires lors de ce trimestre, en hausse de 73% sur un an. La saison des fêtes a été rythmée par plusieurs sorties populaires, dont, fin octobre, la deuxième saison de The Mandalorian, une série qui se déroule dans l'univers de Star Wars. Mais cette période a aussi été marquée par les secondes vagues de la pandémie de Covid-19, qui ont forcé certains parcs à refermer leurs portes, comme les Disneyland de Paris et de Hong Kong. La division "parcs, expériences et produits dérivés" n'a généré que 3,6 milliards de dollars de recettes, moitié mois que l'année dernière au même trimestre. En tout, Disney n'a gagné que 17 millions de dollars de bénéfice net pendant la saison des fêtes, au lieu de 2,1 milliards il y un an. (Belga)