"Je conteste les faits à ma charge de la manière la plus forte", a déclaré M. Bellens avant d'entamer la présentation des résultats de Belgacom pour le premier semestre 2011. "J'ai confiance en la justice avec laquelle je collaborerai pleinement", a-t-il ajouté.

M. Bellens a signalé qu'il ne ferait pas d'autre commentaire sur cette affaire et ce, dans le respect de l'instruction en cours.

A l'issue de la conférence de presse, au moment des questions et réponses, un journaliste a demandé au président de Belgacom comment il se sentait à la suite de ses démêlés judiciaires.

"Comment ça va?", a lancé le journaliste. "Je vais tout à fait bien", a répondu l'intéressé, expliquant que sa vie professionnelle et familiale était équilibrée. La presse avait fait le déplacement en nombre pour recueillir la réaction de l'administrateur délégué, sous le coup d'une inculpation pour corruption passive depuis juin dernier.

Les faits qui sont reprochés à M. Bellens concernent la vente d'un immeuble de Belgacom situé à Mons à une société immobilière privée dirigée par Edmée De Groeve, ex-présidente du conseil d'administration de la Loterie Nationale, elle-même inculpée de corruption active.

Trends.be avec Belga

"Je conteste les faits à ma charge de la manière la plus forte", a déclaré M. Bellens avant d'entamer la présentation des résultats de Belgacom pour le premier semestre 2011. "J'ai confiance en la justice avec laquelle je collaborerai pleinement", a-t-il ajouté. M. Bellens a signalé qu'il ne ferait pas d'autre commentaire sur cette affaire et ce, dans le respect de l'instruction en cours. A l'issue de la conférence de presse, au moment des questions et réponses, un journaliste a demandé au président de Belgacom comment il se sentait à la suite de ses démêlés judiciaires. "Comment ça va?", a lancé le journaliste. "Je vais tout à fait bien", a répondu l'intéressé, expliquant que sa vie professionnelle et familiale était équilibrée. La presse avait fait le déplacement en nombre pour recueillir la réaction de l'administrateur délégué, sous le coup d'une inculpation pour corruption passive depuis juin dernier. Les faits qui sont reprochés à M. Bellens concernent la vente d'un immeuble de Belgacom situé à Mons à une société immobilière privée dirigée par Edmée De Groeve, ex-présidente du conseil d'administration de la Loterie Nationale, elle-même inculpée de corruption active. Trends.be avec Belga