L'exportation de voitures ayant été suspendue à la suite de la crise, les voitures neuves s'accumulent à Zeebrugge et les entreprises finissent par être confrontées à un manque d'espace. Le port avait déjà libéré quelques zones supplémentaires pour le stockage des voitures. "Celles-ci sont maintenant complètes. D'autres sites peuvent encore être libérés mais, entre-temps, une partie du stock a été transférée vers l'intérieur des terres et vers Cuxhaven, en Allemagne", explique le directeur général d'ICO, Marc Adriansens. En raison de la stagnation des ventes de voitures, la société ne fonctionne qu'à la moitié de sa capacité. En conséquence, 50% des travailleurs sont au chômage économique. "Les ventes de voitures en Europe ont chuté d'environ 60%. Comme les navires ont continué à arriver ces dernières semaines, nous manquons maintenant de place." Les manutentionnaires de voitures dans le port espèrent que les exportations reprendront rapidement. "Nous essayons de tout faire fonctionner autant que possible mais, tant que les ventes de voitures ne démarrent pas, nous sommes bloqués. Il faut espérer que l'exportation pourra reprendre d'ici à la mi-mai." (Belga)

L'exportation de voitures ayant été suspendue à la suite de la crise, les voitures neuves s'accumulent à Zeebrugge et les entreprises finissent par être confrontées à un manque d'espace. Le port avait déjà libéré quelques zones supplémentaires pour le stockage des voitures. "Celles-ci sont maintenant complètes. D'autres sites peuvent encore être libérés mais, entre-temps, une partie du stock a été transférée vers l'intérieur des terres et vers Cuxhaven, en Allemagne", explique le directeur général d'ICO, Marc Adriansens. En raison de la stagnation des ventes de voitures, la société ne fonctionne qu'à la moitié de sa capacité. En conséquence, 50% des travailleurs sont au chômage économique. "Les ventes de voitures en Europe ont chuté d'environ 60%. Comme les navires ont continué à arriver ces dernières semaines, nous manquons maintenant de place." Les manutentionnaires de voitures dans le port espèrent que les exportations reprendront rapidement. "Nous essayons de tout faire fonctionner autant que possible mais, tant que les ventes de voitures ne démarrent pas, nous sommes bloqués. Il faut espérer que l'exportation pourra reprendre d'ici à la mi-mai." (Belga)