Le Conseil d'administration de France Télévisions, réuni mercredi, a également approuvé un budget 2019 à l'équilibre pour la 4e année consécutive, tout en intégrant une réduction des ressources publiques de 26 millions d'euros. Dans le cadre d'une réforme de l'audiovisuel public, le gouvernement a demandé à France Télévisions un effort d'économies qui avoisinera les 400 millions d'euros d'ici 2022. Pour cela, le groupe "maintient une politique rigoureuse de maîtrise de ses postes de charges", notamment en réduisant ses effectifs: entre 2012 et 2019, ils auront diminué de plus de 1.000 équivalents temps plein (ETP), précise un communiqué. Le groupe a annoncé la semaine dernière qu'il allait négocier un nouveau plan de suppression de postes, sans départs contraints, sans en préciser l'ampleur. Il maintiendra parallèlement ses investissements dans la création audiovisuelle et cinématographique à hauteur de 420 millions d'euros et confirme ses ambitions éditoriales dans l'information, "avec le renforcement de l'offre de magazines et la couverture des élections européennes" et la proximité, "avec le renforcement de l'offre régionale de France 3, notamment grâce au partenariat avec France Bleu". Su ce dernier point, deux matinales communes à France 3 et France Bleu seront expérimentées à Toulouse et Nice à partir du 7 janvier. En outre, le numérique, autre priorité, verra son budget croître de 17% en 2019. (Belga)

Le Conseil d'administration de France Télévisions, réuni mercredi, a également approuvé un budget 2019 à l'équilibre pour la 4e année consécutive, tout en intégrant une réduction des ressources publiques de 26 millions d'euros. Dans le cadre d'une réforme de l'audiovisuel public, le gouvernement a demandé à France Télévisions un effort d'économies qui avoisinera les 400 millions d'euros d'ici 2022. Pour cela, le groupe "maintient une politique rigoureuse de maîtrise de ses postes de charges", notamment en réduisant ses effectifs: entre 2012 et 2019, ils auront diminué de plus de 1.000 équivalents temps plein (ETP), précise un communiqué. Le groupe a annoncé la semaine dernière qu'il allait négocier un nouveau plan de suppression de postes, sans départs contraints, sans en préciser l'ampleur. Il maintiendra parallèlement ses investissements dans la création audiovisuelle et cinématographique à hauteur de 420 millions d'euros et confirme ses ambitions éditoriales dans l'information, "avec le renforcement de l'offre de magazines et la couverture des élections européennes" et la proximité, "avec le renforcement de l'offre régionale de France 3, notamment grâce au partenariat avec France Bleu". Su ce dernier point, deux matinales communes à France 3 et France Bleu seront expérimentées à Toulouse et Nice à partir du 7 janvier. En outre, le numérique, autre priorité, verra son budget croître de 17% en 2019. (Belga)