Le Conseil supérieur des Finances présente six scénarios visant à élargir la base imposable en faisant le tri parmi toutes les déductions pour pouvoir baisser les taux d'imposition. Une annexe pour le moins radicale, signée par une partie seulement des experts, propose d'approfondir le principe de "dual income tax". Ce mécanisme consiste à taxer de manière progressive les revenus du travail et de manière forfaitaire les autres revenus (patrimoine, etc.). Dans le cas présent, l'idée est de rendre le travail plus attractif en relevant le minimum imposable au niveau du revenu d'intégration tout en supprimant la cotisation spéciale de sécurité sociale. Il est aussi question de mieux étaler les tranches d'imposition et d'adapter les taux. Ces mesures coûteraient un total de 6 milliards. Pour compenser ce "trou", les experts proposent de tailler dans les multiples postes de déductions d'impôts: les chèques-repas, écochèques et chèques-culture, mais aussi la voiture de société. La "voiture-salaire" deviendrait ainsi cinq fois plus chère pour le salarié. Les auteurs de l'annexe imaginent aussi supprimer le régime des frais réels pour les salariés et les dirigeants d'entreprises. (Belga)

Le Conseil supérieur des Finances présente six scénarios visant à élargir la base imposable en faisant le tri parmi toutes les déductions pour pouvoir baisser les taux d'imposition. Une annexe pour le moins radicale, signée par une partie seulement des experts, propose d'approfondir le principe de "dual income tax". Ce mécanisme consiste à taxer de manière progressive les revenus du travail et de manière forfaitaire les autres revenus (patrimoine, etc.). Dans le cas présent, l'idée est de rendre le travail plus attractif en relevant le minimum imposable au niveau du revenu d'intégration tout en supprimant la cotisation spéciale de sécurité sociale. Il est aussi question de mieux étaler les tranches d'imposition et d'adapter les taux. Ces mesures coûteraient un total de 6 milliards. Pour compenser ce "trou", les experts proposent de tailler dans les multiples postes de déductions d'impôts: les chèques-repas, écochèques et chèques-culture, mais aussi la voiture de société. La "voiture-salaire" deviendrait ainsi cinq fois plus chère pour le salarié. Les auteurs de l'annexe imaginent aussi supprimer le régime des frais réels pour les salariés et les dirigeants d'entreprises. (Belga)