Les dommages sont estimés à plusieurs centaines de millions d'euros. Il s'agit de la plus grande histoire d'espionnage au sein d'une entreprise néerlandaise jusqu'à présent. Les espions chinois ont eu accès, en tant que collaborateurs de ASML, pendant des années aux réseaux internes de la filiale à San Jose (USA) et y ont copié les codes sources, logiciels, données stratégiques et manuels d'utilisation secrets.

Le vol a été fait au profit du concurrent d'ASML, XTAL. L'entreprise a pu traiter ces données à une vitesse soutenue et débaucher d'importants clients de l'entreprise néerlandaise, dont Samsung. Un juge californien a condamné XTAL fin 2018 à verser des dommages et intérêts à hauteur de 223 millions de dollars, un jugement resté jusqu'ici lettre morte, selon différents blogs judiciaires.