D'après la plainte déposée au tribunal fédéral de San Jose en Californie, ils se plaignent notamment du fait qu'il n'y a "qu'une seule boutique en ligne d'applications pour les appareils" de la marque, "ce qui permet à Apple d'abuser de sa position de force sur le marché", explique le cabinet Hagens Berman.

Selon eux, cela enfreint les lois fédérale et californienne sur la concurrence. La plainte demande à être considérée comme une "class-action", une plainte en nom collectif englobant d'autres développeurs "dans la même situation", ce qui doit être accepté, ou non, par un juge.

Apple nie

Apple nie pour sa part toute idée de monopole, faisant notamment valoir que les développeurs peuvent diffuser leurs produits sur d'autres boutiques, à commencer par celle de Google, le Play Store. Apple dit aussi que 84% des applications sur son App Store sont gratuites.

La marque à la pomme prélève 30% de commission sur les applications payantes ainsi que sur les achats intégrés dans l'application, fait valoir le cabinet Hagens Berman dans un communiqué annonçant la plainte, qui affirme aussi qu'Apple demande aux développeurs 99 dollars par an pour distribuer leurs "apps" dans sa boutique en ligne.

En mai, la Cour suprême des Etats-Unis a autorisé des propriétaires d'iPhone à poursuivre Apple pour sa gestion de l'App Store: pour eux aussi, Apple détient un monopole sur la vente des applications et la commission prélevée par Apple renchérit leurs prix.

D'après la plainte déposée au tribunal fédéral de San Jose en Californie, ils se plaignent notamment du fait qu'il n'y a "qu'une seule boutique en ligne d'applications pour les appareils" de la marque, "ce qui permet à Apple d'abuser de sa position de force sur le marché", explique le cabinet Hagens Berman. Selon eux, cela enfreint les lois fédérale et californienne sur la concurrence. La plainte demande à être considérée comme une "class-action", une plainte en nom collectif englobant d'autres développeurs "dans la même situation", ce qui doit être accepté, ou non, par un juge. Apple nie pour sa part toute idée de monopole, faisant notamment valoir que les développeurs peuvent diffuser leurs produits sur d'autres boutiques, à commencer par celle de Google, le Play Store. Apple dit aussi que 84% des applications sur son App Store sont gratuites. La marque à la pomme prélève 30% de commission sur les applications payantes ainsi que sur les achats intégrés dans l'application, fait valoir le cabinet Hagens Berman dans un communiqué annonçant la plainte, qui affirme aussi qu'Apple demande aux développeurs 99 dollars par an pour distribuer leurs "apps" dans sa boutique en ligne. En mai, la Cour suprême des Etats-Unis a autorisé des propriétaires d'iPhone à poursuivre Apple pour sa gestion de l'App Store: pour eux aussi, Apple détient un monopole sur la vente des applications et la commission prélevée par Apple renchérit leurs prix.