Actuellement, le trafic de conteneurs passe exclusivement par l'océan Indien. Emprunter la voie Nord (NSR ou Nothern Sea Route) permettrait de gagner une à deux semaines, mais il faut affronter les glaces. Le réchauffement climatique semblerait rendre la voie plus praticable.
...

Actuellement, le trafic de conteneurs passe exclusivement par l'océan Indien. Emprunter la voie Nord (NSR ou Nothern Sea Route) permettrait de gagner une à deux semaines, mais il faut affronter les glaces. Le réchauffement climatique semblerait rendre la voie plus praticable. Le groupe danois Maersk s'est montré fort discret sur cette opération test, mais l'a confirmée au Financial Times. " Ce voyage d'essai nous permettra d'explorer la faisabilité opérationnelle du transport de conteneurs à travers la Northern Sea Route ", a indiqué la société au quotidien financier. Le bateau utilisé est le Venta Maersk, qui appartient à une nouvelle génération de bateaux commandés par l'armateur. De taille moyenne (3.596 conteneurs) et originellement conçu pour la mer Baltique, il peut affronter la glace jusqu'à un mètre d'épaisseur. Le Venta Maersk partira de Vladivostok pour rallier, vers la mi-septembre, Saint-Pétersbourg, avec une cargaison de poissons congelés et du fret. La route par le Nord offre un grand avantage en termes de vitesse, mais les coûts devraient être élevés car certains passages exigeront la présence de brise-glaces russes, et il est impossible d'utiliser les navires géants de Maersk, les Triple E (18.340 conteneurs), qui fréquentent le canal de Suez. La navigation devrait être limitée à quelques mois par an. La Russie cherche à développer la voie NSR et a installé une dizaine de bases pour assurer les communications et porter secours aux bateaux. Ces derniers mois, des bateaux gaziers russes, capable de traverser les glaces sans l'aide de brise-glaces, ont livré des ports chinois et français en passant par la Nothern Sea Route.