Chez Jan De Nul, plus de mille travailleurs sont concernés par cette mesure. Deme ne voulait pas livrer de chiffre précis, mais plus de cent embarcations seraient concernées. Les relais se font normalement toutes les quatre à six semaines, mais depuis cette semaine, ils sont supprimés. Deme maintiendra son personnel à bord certainement jusqu'au 17 avril, ce qui signifie qu'il doit poursuivre le travail. Aucun cas de coronavirus n'aurait été constaté sur les navires des deux sociétés. "Pour des projets proches du domicile, comme les Pays-Bas, nous pouvons encore changer d'équipes, mais les déplacements aériens sont presque devenus impossibles et les changements d'équipe engendrent en outre un risque de contamination à bord", explique une porte-parole de Deme. "Nous maintenons donc le personnel à bord, même si le navire a terminé sa mission et doit se rendre à un autre endroit. C'est un défi colossal pour nos travailleurs. Nous en sommes conscients. Ils sont les piliers de Deme et nous mettons tout en ?uvre afin que cela reste praticable. L'approvisionnement des navires se passe encore bien et nous donnons à l'équipage des jours de repos sur le navire, sinon la situation serait intenable." Deme a actuellement des projets sur tous les continents. Le personnel administratif travaille, pour sa part, à domicile. (Belga)

Chez Jan De Nul, plus de mille travailleurs sont concernés par cette mesure. Deme ne voulait pas livrer de chiffre précis, mais plus de cent embarcations seraient concernées. Les relais se font normalement toutes les quatre à six semaines, mais depuis cette semaine, ils sont supprimés. Deme maintiendra son personnel à bord certainement jusqu'au 17 avril, ce qui signifie qu'il doit poursuivre le travail. Aucun cas de coronavirus n'aurait été constaté sur les navires des deux sociétés. "Pour des projets proches du domicile, comme les Pays-Bas, nous pouvons encore changer d'équipes, mais les déplacements aériens sont presque devenus impossibles et les changements d'équipe engendrent en outre un risque de contamination à bord", explique une porte-parole de Deme. "Nous maintenons donc le personnel à bord, même si le navire a terminé sa mission et doit se rendre à un autre endroit. C'est un défi colossal pour nos travailleurs. Nous en sommes conscients. Ils sont les piliers de Deme et nous mettons tout en ?uvre afin que cela reste praticable. L'approvisionnement des navires se passe encore bien et nous donnons à l'équipage des jours de repos sur le navire, sinon la situation serait intenable." Deme a actuellement des projets sur tous les continents. Le personnel administratif travaille, pour sa part, à domicile. (Belga)