"Cet agrément intervient en réponse à la très forte demande de personnes cherchant à collaborer avec Deliveroo, avec plus de 3.000 sollicitations pour devenir coursier enregistrées depuis le 1er janvier 2018", assure la société britannique spécialisée dans la livraison à domicile, à vélo, de plats de restaurants. "Cette annonce démontre que Deliveroo est déterminée à collaborer avec le gouvernement pour permettre que les prestations, dans le cadre de l'économie à la demande (ou 'économie collaborative'), soit les plus simples possibles pour tous ceux qui souhaitent profiter de cette nouvelle manière de travailler, populaire et flexible", ajoute Deliveroo en affirmant qu'il s'agit-là "de la dernière étape que l'entreprise franchit, en collaboration avec les autorités, pour consolider le statut de ceux qui fournissent des services au sein de l'économie collaborative, en conjuguant souplesse et sécurité." "Deliveroo est toujours à la recherche de moyens pour améliorer son offre auprès des coursiers, en s'assurant qu'ils puissent obtenir le travail flexible qu'ils nous demandent. Nous nous réjouissons de la mise en place de la loi sur l'économie collaborative, qui permet aux coursiers qui veulent rejoindre Deliveroo de commencer à livrer et à être rémunéré dans la même journée", conclut Mathieu de Lophem, general manager de Deliveroo Benelux. Selon la société, la loi sur l'économie collaborative prévoit, entre autres, la levée de nombreuses barrières administratives ou encore l'exemption de TVA et de cotisations sociales à hauteur de 5.100 euros par an. (Belga)

"Cet agrément intervient en réponse à la très forte demande de personnes cherchant à collaborer avec Deliveroo, avec plus de 3.000 sollicitations pour devenir coursier enregistrées depuis le 1er janvier 2018", assure la société britannique spécialisée dans la livraison à domicile, à vélo, de plats de restaurants. "Cette annonce démontre que Deliveroo est déterminée à collaborer avec le gouvernement pour permettre que les prestations, dans le cadre de l'économie à la demande (ou 'économie collaborative'), soit les plus simples possibles pour tous ceux qui souhaitent profiter de cette nouvelle manière de travailler, populaire et flexible", ajoute Deliveroo en affirmant qu'il s'agit-là "de la dernière étape que l'entreprise franchit, en collaboration avec les autorités, pour consolider le statut de ceux qui fournissent des services au sein de l'économie collaborative, en conjuguant souplesse et sécurité." "Deliveroo est toujours à la recherche de moyens pour améliorer son offre auprès des coursiers, en s'assurant qu'ils puissent obtenir le travail flexible qu'ils nous demandent. Nous nous réjouissons de la mise en place de la loi sur l'économie collaborative, qui permet aux coursiers qui veulent rejoindre Deliveroo de commencer à livrer et à être rémunéré dans la même journée", conclut Mathieu de Lophem, general manager de Deliveroo Benelux. Selon la société, la loi sur l'économie collaborative prévoit, entre autres, la levée de nombreuses barrières administratives ou encore l'exemption de TVA et de cotisations sociales à hauteur de 5.100 euros par an. (Belga)