Lundi/hier soir, les négociations entre direction et syndicats ont pris fin. La direction n'a pas accédé aux demandes des syndicats et a maintenu le passage de tous ses travailleurs sous le statut d'indépendant au 1er février. "Depuis, nous n'avons eu de contact ni avec la direction, ni avec le cabinet du ministre Peeters" (qui avait reçu une délégation de coursiers, NDLR), indique Martin Willems. Le vice-Premier "affirme son soutien" aux coursiers, lance une enquête "coordonnée" sur les pratiques de la plateforme, puis "rencontre la vice-directrice de Deliveroo à Davos" en condamnant les actions bruxelloises, relève-t-il. "On s'interroge sur son positionnement, cautionne-t-il la disparition des contrats de travail", même pour des tâches subordonnées ? Les coursiers participant aux actions de grève les samedis, mèneront une nouvelle action mercredi, à partir de 17h à la Porte de Namur. L'accent sera désormais mis sur la sensibilisation du public. (Belga)

Lundi/hier soir, les négociations entre direction et syndicats ont pris fin. La direction n'a pas accédé aux demandes des syndicats et a maintenu le passage de tous ses travailleurs sous le statut d'indépendant au 1er février. "Depuis, nous n'avons eu de contact ni avec la direction, ni avec le cabinet du ministre Peeters" (qui avait reçu une délégation de coursiers, NDLR), indique Martin Willems. Le vice-Premier "affirme son soutien" aux coursiers, lance une enquête "coordonnée" sur les pratiques de la plateforme, puis "rencontre la vice-directrice de Deliveroo à Davos" en condamnant les actions bruxelloises, relève-t-il. "On s'interroge sur son positionnement, cautionne-t-il la disparition des contrats de travail", même pour des tâches subordonnées ? Les coursiers participant aux actions de grève les samedis, mèneront une nouvelle action mercredi, à partir de 17h à la Porte de Namur. L'accent sera désormais mis sur la sensibilisation du public. (Belga)