Au quatrième trimestre, les ventes se sont élevées à 1,338 milliard d'euros, en hausse de 3,6% par rapport à la même période en 2017. Une croissance qui s'explique notamment par l'impact d'un calendrier positif avec un jour d'ouverture en plus comparé à l'an dernier. Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires atteint 5,095 milliards d'euros (+2,9%).

Le bénéfice opérationnel s'est, lui, établi à 126 millions d'euros, contre 86 millions un an plus tôt. Sur le seul quatrième trimestre, il a presque triplé (+159,4%) pour se fixer à 33 millions d'euros, contre 12 millions en 2017.

Les ventes en ligne via le site Delhaize.be ont, pour leur part, crû de 28,8% entre début octobre et fin décembre, tirées par une hausse constante du service de livraison à domicile, et de 25,7% sur l'ensemble de 2018 (51 millions d'euros).

La part de marché de l'enseigne au lion s'est améliorée sur l'ensemble de l'exercice, relève encore Ahold Delhaize.

La marge d'exploitation sous-jacente en Belgique s'est établie à 2,9%, en hausse de 1,9% par rapport à l'année précédente. Cette amélioration résulte principalement d'une amélioration de la marge brute, soutenue par des synergies et une baisse des coûts. Pour l'exercice complet, le résultat opérationnel sous-jacent a augmenté de 26,6% par rapport à 2017 en raison d'améliorations commerciales et opérationnelles.

Nouvelle stratégie

"La nouvelle stratégie pour notre marque Delhaize en Belgique gagne du terrain", se félicite Frans Muller, le patron d'Ahold Delhaize, pointant notamment des ventes en hausse.

Il y a quelques semaines, le groupe a annoncé une adaptation de la stratégie de sa marque en Belgique, axée sur l'amélioration de son offre omnicanale et une croissance accélérée. Delhaize continuera à mener à bien son ambitieux plan d'expansion avec l'ouverture d'une centaine de nouveaux supermarchés au cours des trois à quatre prochaines années, le renforcement de son offre en ligne et l'accélération du développement des magasins de proximité, rappelle-t-il ainsi.

Une collaboration sera initiée cette année avec les magasins en ligne bol.com, qui sont également une filiale d'Ahold Delhaize. Des points de retrait verront ainsi le jour dans les magasins de la marque au lion.

Quant à l'enseigne Albert Heijn, filiale du même groupe belgo-néerlandais, elle poursuivra son expansion avec 30 à 50 nouveaux supermarchés en Flandre dans les prochaines années. Les résultats liés à cette marque sont toutefois intégrés à ceux des Pays-Bas au sein d'Ahold Delhaize.

D'après Frans Muller, l'intégration entre Ahold et Delhaize est "terminée" depuis l'an dernier. Selon lui, cela s'est traduit par plus d'avantages en termes de coûts, ce qui a légèrement amélioré la marge bénéficiaire sous-jacente. Dans l'année à venir, Ahold Delhaize prévoit de retirer encore 500 millions d'euros supplémentaires de cette fusion.

"En 2018, nous avons pour l'essentiel achevé le processus d'intégration consécutif à la fusion et obtenu les synergies promises", commente l'administrateur délégué. "Aujourd'hui, Ahold Delhaize est prêt pour le futur, avec un profil financier très robuste et la structure adéquate pour continuer à développer nos marques, tant en magasin qu'en ligne", souligne-t-il.

L'ensemble du groupe a en effet vu son chiffre d'affaires se stabiliser l'an dernier, à 62,8 milliards d'euros. A taux de change constants, la croissance en la matière est de 2,5%. Le bénéfice net de l'ensemble frôle 1,8 milliard d'euros, ce qui représente un recul d'1,4% par rapport à 2017.

Le géant de la distribution propose un dividende de 0,70 euro, en hausse de 11,1%, en accord avec son ambition de croissance durable du dividende par action.

Ahold Delhaize a, par ailleurs, proposé mercredi la nomination de deux nouveaux membres de son conseil de surveillance: Katie Doyle, une Américaine qui est directrice générale et membre du conseil d'administration de Swanson Health Products, et Peter Agnefjäll, un Suédois qui a été président et administrateur délégué d'Ikea Group de 2013 à 2017.