Selon une projection du Bureau du Plan publiée plus tôt dans la journée, les déplacements de personnes, notamment en train, vont, dans les années à venir, atteindre un plafond en Belgique, en raison de la généralisation du télétravail mais aussi du vieillissement de la population. Le nombre moyen de kilomètres parcourus par personne dans le pays augmenterait encore légèrement jusqu'en 2030, pour ensuite décliner d'environ 1% à l'horizon 2040 (par rapport à 2019). Concernant le train, les déplacements chuteraient même de 3%, selon le Bureau du Plan. De son côté, la SNCB tempère cette perspective. "Les chiffres sont en progression, sans encore atteindre cependant le niveau de 2019", reconnaît-elle. La société vise néanmoins, "d'ici 2032, 40% de voyageurs de loisirs supplémentaires et 25% d'abonnés domicile-travail en plus". Elle "continuera à mettre tout en ?uvre pour favoriser le choix du train", mais souligne qu'il y a "une nécessité de moyens pour les investissements" permettant "d'envisager l'avenir avec confiance". Pour compenser l'impact du télétravail, la SNCB table sur le développement d'un abonnement plus adapté aux personnes qui ne se rendent que quelques jours par semaine sur le lieu de travail, précise-t-elle. (Belga)

Selon une projection du Bureau du Plan publiée plus tôt dans la journée, les déplacements de personnes, notamment en train, vont, dans les années à venir, atteindre un plafond en Belgique, en raison de la généralisation du télétravail mais aussi du vieillissement de la population. Le nombre moyen de kilomètres parcourus par personne dans le pays augmenterait encore légèrement jusqu'en 2030, pour ensuite décliner d'environ 1% à l'horizon 2040 (par rapport à 2019). Concernant le train, les déplacements chuteraient même de 3%, selon le Bureau du Plan. De son côté, la SNCB tempère cette perspective. "Les chiffres sont en progression, sans encore atteindre cependant le niveau de 2019", reconnaît-elle. La société vise néanmoins, "d'ici 2032, 40% de voyageurs de loisirs supplémentaires et 25% d'abonnés domicile-travail en plus". Elle "continuera à mettre tout en ?uvre pour favoriser le choix du train", mais souligne qu'il y a "une nécessité de moyens pour les investissements" permettant "d'envisager l'avenir avec confiance". Pour compenser l'impact du télétravail, la SNCB table sur le développement d'un abonnement plus adapté aux personnes qui ne se rendent que quelques jours par semaine sur le lieu de travail, précise-t-elle. (Belga)