Tant pour le cadre moyen que pour le sommet de l'administration fédérale, un membre du personnel sur trois doit faire partie de la gent féminine. Tel est l'objectif qui a été fixé par les autorités fédérales début 2013. Un chiffre qui n'a pas encore été atteint mais dont on se rapproche petit à petit, selon les données de la députée Els Van Hoof (CD&V), par ailleurs présidente de Vrouw en Maatschappij, le mouvement féministe du parti flamand.

En 2007, le nombre de mandataires féminines au sommet de l'administration n'était encore que de 16%. Quinze femmes ont été concernées par les 36 nominations qui ont eu lieu depuis juin 2012, explique Mme Van Hoof, selon qui les quotas imposés jouent un rôle positif afin d'atteindre les objectifs fixés.