TRENDS-TENDANCES. Pourquoi préconisez-vous l'arrivée d'un quatrième opérateur ?
...

TRENDS-TENDANCES. Pourquoi préconisez-vous l'arrivée d'un quatrième opérateur ?ALEXANDER DE CROO. Le marché des télécoms manque de concurrence en Belgique. Ce constat a été fait à de multiples reprises. J'ai déjà pris des mesures comme easy switch, qui facilite les changements d'opérateur, ou l'introduction de comparateurs de prix pour une meilleure information aux consommateurs. Aujourd'hui, nous avons l'opportunité de mettre aux enchères une quatrième licence mobile. Il faut la saisir, d'autant que durant les consultations de marché, certains opérateurs se sont montrés intéressés.Est-ce la garantie d'une baisse des prix ?Ce que je vois, c'est que les prix sont moins élevés dans les marchés où quatre opérateurs sont actifs. De plus, la consommation de données mobiles y est beaucoup plus importante. Elle est très basse en Belgique à l'heure actuelle parce que les forfaits sont trop limités et trop chers.Vu l'importance des investissements à consentir pour déployer un réseau mobile, l'arrivée d'un nouvel opérateur est-elle crédible ?Nous sommes dans un marché libre. Ce sont les opérateurs économiques qui prennent ce genre de décision. Si ce n'est pas rentable, ils ne le feront pas. Ce n'est pas pas moi qui décide. Mais ce que je constate, c'est que le marché des télécoms est rentable en Belgique et que les consommateurs payent beaucoup par rapport à d'autres pays comme la France.En France, les opérateurs discutent 'une marche arrière vers trois acteurs, faute de rentabilité.Tout d'abord, il n'est pas certain que la Commission européenne accepte cette opération. Ensuite, avec l'arrivée de Free, la France a connu six années de concurrence intense, ce qui a eu un effet positif pour le consommateur. Si on pouvait connaître une telle période en Belgique, ce serait déjà bien.