La baisse des tarifs, toujours en vigueur selon lui, a été décidée en octobre alors que les télévisions du monde entier montraient Barcelone envahie par des manifestations monstre après le référendum d'autodétermination interdit, marqué par des violences policières. "Les passagers réservant pour la Catalogne font preuve de nervosité, en particulier ceux partant en escapade pour le week-end, du Royaume-Uni, d'Irlande, d'Allemagne", a expliqué M. O'Leary. L'économie de la Catalogne, l'une des régions les plus dynamiques d'Espagne (19% du PIB), a marqué le pas à l'automne en raison de la crise politique provoquée par sa tentative de sécession. Le secteur du tourisme a notamment vu son chiffre d'affaire baisser de 10 à 15%. Par crainte de l'insécurité juridique en cas de sécession, ou d'un boycott de leurs produits, plus de 3.200 sociétés ont transféré leur siège social hors de Catalogne, notamment de grandes banques. Selon un rapport de la banque BBVA, la Catalogne créera en 2018 "35.000 postes de travail en moins par rapport à ce qui aurait été généré en l'absence d'incertitude" politique. Néanmoins, "les perspectives pour le premier trimestre 2018 restent favorables, indiquant que la correction pourrait rester limitée dans le temps", précise BBVA. Malgré un ralentissement en fin d'année dû à la Catalogne, l'Espagne a de nouveau été en 2017 l'une des économies les plus dynamiques de la zone euro avec un PIB en hausse de 3,1%. (Belga)

La baisse des tarifs, toujours en vigueur selon lui, a été décidée en octobre alors que les télévisions du monde entier montraient Barcelone envahie par des manifestations monstre après le référendum d'autodétermination interdit, marqué par des violences policières. "Les passagers réservant pour la Catalogne font preuve de nervosité, en particulier ceux partant en escapade pour le week-end, du Royaume-Uni, d'Irlande, d'Allemagne", a expliqué M. O'Leary. L'économie de la Catalogne, l'une des régions les plus dynamiques d'Espagne (19% du PIB), a marqué le pas à l'automne en raison de la crise politique provoquée par sa tentative de sécession. Le secteur du tourisme a notamment vu son chiffre d'affaire baisser de 10 à 15%. Par crainte de l'insécurité juridique en cas de sécession, ou d'un boycott de leurs produits, plus de 3.200 sociétés ont transféré leur siège social hors de Catalogne, notamment de grandes banques. Selon un rapport de la banque BBVA, la Catalogne créera en 2018 "35.000 postes de travail en moins par rapport à ce qui aurait été généré en l'absence d'incertitude" politique. Néanmoins, "les perspectives pour le premier trimestre 2018 restent favorables, indiquant que la correction pourrait rester limitée dans le temps", précise BBVA. Malgré un ralentissement en fin d'année dû à la Catalogne, l'Espagne a de nouveau été en 2017 l'une des économies les plus dynamiques de la zone euro avec un PIB en hausse de 3,1%. (Belga)