LNEI, la société regroupant les activités de M. Pigasse dans les médias et la culture, a annoncé dans un communiqué cet accord, conclu grâce à un compromis trouvé avec le "pôle d'indépendance" (qui représente les salariés, journalistes et lecteurs du Monde) sur les "conditions financières" d'exercice de ce droit.

"Ce droit permet au pôle d'indépendance de refuser l'agrément d'un nouvel actionnaire contrôlant du Groupe Le Monde, moyennant l'obligation de racheter sa participation dans des conditions financières encadrées et objectives, conformes aux pratiques de place: recours à un collège d'experts tel que cela était souhaité par le Pôle d'indépendance, prix plancher, évaluation multi-critères", explique LNEI.

Le "prix plancher" est un point clé de cet accord: il permettrait à Mattieu Pigasse ou un autre actionnaire, en cas de cession de ses parts, de ne pas être financièrement perdant si le pôle d'indépendance exerçait son "droit d'agrément", comme l'a expliqué jeudi sur France Inter Louis Dreyfus, le patron du journal.