La procédure porte sur la vente d'Omega Pharma, spécialiste flamand des médicaments OTC (sans prescription) à Perrigo début 2015, pour 3,8 milliards d'euros, par Marc Coucke et un consortium financier dirigé par Waterland. Perrigo accuse les vendeurs d'avoir présenté de manière fallacieuse les finances d'Omega Pharma pour obtenir un prix de vente plus élevé. Ce que nient Marc Coucke et Waterland. Le géant pharmaceutique américain a introduit une demande de dédommagement de 1,9 milliard d'euros devant la cour d'arbitrage Cepani (Centre belge d'arbitrage et de médiation). Coucke a contre-attaqué en introduisant une demande reconventionnelle à l'encontre de Perrigo, exigeant une compensation parce qu'il estime que le groupe pharmaceutique n'a pas agi de bonne foi lors de la reprise d'Omega Pharma. Les plaidoyers devraient durer de quatre à six semaines. Etant donné la crise du coronavirus, toute la procédure sera digitale. La décision finale n'est pas attendue avant le début de l'an prochain. (Belga)

La procédure porte sur la vente d'Omega Pharma, spécialiste flamand des médicaments OTC (sans prescription) à Perrigo début 2015, pour 3,8 milliards d'euros, par Marc Coucke et un consortium financier dirigé par Waterland. Perrigo accuse les vendeurs d'avoir présenté de manière fallacieuse les finances d'Omega Pharma pour obtenir un prix de vente plus élevé. Ce que nient Marc Coucke et Waterland. Le géant pharmaceutique américain a introduit une demande de dédommagement de 1,9 milliard d'euros devant la cour d'arbitrage Cepani (Centre belge d'arbitrage et de médiation). Coucke a contre-attaqué en introduisant une demande reconventionnelle à l'encontre de Perrigo, exigeant une compensation parce qu'il estime que le groupe pharmaceutique n'a pas agi de bonne foi lors de la reprise d'Omega Pharma. Les plaidoyers devraient durer de quatre à six semaines. Etant donné la crise du coronavirus, toute la procédure sera digitale. La décision finale n'est pas attendue avant le début de l'an prochain. (Belga)