Jovita Carranza, responsable des petites entreprises de l'administration Trump, a fait état sur Twitter de 17.503 prêts demandés par les entreprises vendredi, pour un montant total de plus de 5,4 milliards de dollars, auprès de plus de 1.100 établissements bancaires locaux. Les petites et moyennes entreprises ont pu commencer vendredi à demander de l'argent frais, qui doit leur permettre de payer notamment les salaires de leurs employés. Ces prêts, dont le montant total pourra atteindre 350 milliards de dollars, sont l'une des mesures phares du plan de relance de 2.200 milliards de dollars, adopté par le Congrès puis ratifié par Donald Trump le 27 mars. Les entreprises qui y auront recours et ne licencieront pas verront leur dette annulée. Ces fonds sont censés payer la masse salariale ou le loyer pendant huit semaines pour permettre à des restaurants, des salons de coiffure et d'autres commerces de conserver leurs effectifs malgré leur fermeture. Les premiers effets de la crise du coronavirus se sont faits sentir en mars sur l'économie américaine, qui a détruit 701.000 emplois, faisant grimper le chômage à 4,4%. Le virus avait fait samedi matin 7.163 morts aux Etats-Unis, et contaminé 278.942 personnes, selon le comptage de l'Université américaine Johns Hopkins, qui fait référence. Près de la moitié des décès ont été enregistrés dans l'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus dans le pays. (Belga)

Jovita Carranza, responsable des petites entreprises de l'administration Trump, a fait état sur Twitter de 17.503 prêts demandés par les entreprises vendredi, pour un montant total de plus de 5,4 milliards de dollars, auprès de plus de 1.100 établissements bancaires locaux. Les petites et moyennes entreprises ont pu commencer vendredi à demander de l'argent frais, qui doit leur permettre de payer notamment les salaires de leurs employés. Ces prêts, dont le montant total pourra atteindre 350 milliards de dollars, sont l'une des mesures phares du plan de relance de 2.200 milliards de dollars, adopté par le Congrès puis ratifié par Donald Trump le 27 mars. Les entreprises qui y auront recours et ne licencieront pas verront leur dette annulée. Ces fonds sont censés payer la masse salariale ou le loyer pendant huit semaines pour permettre à des restaurants, des salons de coiffure et d'autres commerces de conserver leurs effectifs malgré leur fermeture. Les premiers effets de la crise du coronavirus se sont faits sentir en mars sur l'économie américaine, qui a détruit 701.000 emplois, faisant grimper le chômage à 4,4%. Le virus avait fait samedi matin 7.163 morts aux Etats-Unis, et contaminé 278.942 personnes, selon le comptage de l'Université américaine Johns Hopkins, qui fait référence. Près de la moitié des décès ont été enregistrés dans l'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus dans le pays. (Belga)