Les partenaires sociaux négocient au sein du Groupe des Dix un paquet de mesures à mettre en place en cas de contaminations ou de quarantaines trop nombreuses au sein d'une entreprises. Ils s'étaient quittés sans accord lundi. Les employeurs réclament davantage de souplesse quant aux heures supplémentaires et à la possibilité de recruter des intérimaires, étudiants voire pensionnés. Les syndicats craignent eux que cette flexibilité extrême ne devienne structurelle. Le dossier a été évoqué en kern mercredi. Il a été décidé de laisser aux partenaires jusqu'à mercredi pour parvenir à un accord, indique le cabinet du ministre de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne (PS). Pour le gouvernement, il est clair qu'il s'agit de mesures temporaires. En outre, le variant Omicron se rapprochant de son pic, il n'est pas certain qu'elles devraient être réellement activées. Les discussions au sein du Groupe des Dix portent également sur l'éventuelle nécessité d'établir des règles spécifiques selon les secteurs. Pour cette raison, il a été demandé à l'ONSS, aux secrétariats sociaux et au SPF Emploi de développer un outil permettant d'évaluer l'absentéisme par secteur, ajoute le cabinet Dermagne. (Belga)

Les partenaires sociaux négocient au sein du Groupe des Dix un paquet de mesures à mettre en place en cas de contaminations ou de quarantaines trop nombreuses au sein d'une entreprises. Ils s'étaient quittés sans accord lundi. Les employeurs réclament davantage de souplesse quant aux heures supplémentaires et à la possibilité de recruter des intérimaires, étudiants voire pensionnés. Les syndicats craignent eux que cette flexibilité extrême ne devienne structurelle. Le dossier a été évoqué en kern mercredi. Il a été décidé de laisser aux partenaires jusqu'à mercredi pour parvenir à un accord, indique le cabinet du ministre de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne (PS). Pour le gouvernement, il est clair qu'il s'agit de mesures temporaires. En outre, le variant Omicron se rapprochant de son pic, il n'est pas certain qu'elles devraient être réellement activées. Les discussions au sein du Groupe des Dix portent également sur l'éventuelle nécessité d'établir des règles spécifiques selon les secteurs. Pour cette raison, il a été demandé à l'ONSS, aux secrétariats sociaux et au SPF Emploi de développer un outil permettant d'évaluer l'absentéisme par secteur, ajoute le cabinet Dermagne. (Belga)