Le syndicat pointe notamment la décision d'un retour de l'obligation de faire son shopping à maximum deux personnes et de la règle d'une personne par 10 mètres carrés qui "ne repose à nouveau sur rien": "les commerces ne sont pas des lieux de contamination comme l'a encore démontré une enquête de l'Institut Pasteur.?Il n'y a donc aucune raison de les limiter", argumente-t-il. Pour le SNI, le timing est, en outre, on ne peut plus mauvais, sachant que fin décembre est toujours une période chargée pour les commerces avec les achats de Noël. "S'ajoute à cela le début des soldes d'hiver le 3 janvier prochain, une des périodes les plus importantes de l'année pour les détaillants. C'est d'autant plus nécessaire qu'ils doivent se refaire une trésorerie fortement malmenée au cours de cette année", poursuit-il. Le syndicat s'inquiète également pour tout le secteur du loisir intérieur (karting, bowling...) qui, depuis le début de la crise sanitaire, a déjà dû fermer très longtemps. "Cette période d'hiver est l'une des plus importantes pour eux puisque la météo pousse à se détendre en intérieur. Ce sont par ailleurs de grands espaces bien ventilés. Prenons par exemple les kartings qui n'ont pas attendu la crise pour se munir d'extracteurs d'air. Où est donc la logique à leur fermeture ?", fustige-t-il. Le SNI appelle enfin les différents niveaux de pouvoir à accélérer l'octroi des aides. (Belga)

Le syndicat pointe notamment la décision d'un retour de l'obligation de faire son shopping à maximum deux personnes et de la règle d'une personne par 10 mètres carrés qui "ne repose à nouveau sur rien": "les commerces ne sont pas des lieux de contamination comme l'a encore démontré une enquête de l'Institut Pasteur.?Il n'y a donc aucune raison de les limiter", argumente-t-il. Pour le SNI, le timing est, en outre, on ne peut plus mauvais, sachant que fin décembre est toujours une période chargée pour les commerces avec les achats de Noël. "S'ajoute à cela le début des soldes d'hiver le 3 janvier prochain, une des périodes les plus importantes de l'année pour les détaillants. C'est d'autant plus nécessaire qu'ils doivent se refaire une trésorerie fortement malmenée au cours de cette année", poursuit-il. Le syndicat s'inquiète également pour tout le secteur du loisir intérieur (karting, bowling...) qui, depuis le début de la crise sanitaire, a déjà dû fermer très longtemps. "Cette période d'hiver est l'une des plus importantes pour eux puisque la météo pousse à se détendre en intérieur. Ce sont par ailleurs de grands espaces bien ventilés. Prenons par exemple les kartings qui n'ont pas attendu la crise pour se munir d'extracteurs d'air. Où est donc la logique à leur fermeture ?", fustige-t-il. Le SNI appelle enfin les différents niveaux de pouvoir à accélérer l'octroi des aides. (Belga)