Selon le ministère - qui donne depuis 2017 les chiffres du secteur pétrolier en yuans pour protester contre les sanctions américaines - le prix du brut a été de 70,62 yuans entre lundi et vendredi, une première depuis 1998 lorsque le prix du baril avait atteint sur l'année 9,38 dollars. Le cours hebdomadaire est bien en dessous de la moyenne annuelle de 2019, qui s'établissait à 56,70 dollars le baril, et de celle de 2018 à 61,41 dollars. La baisse des cours du pétrole depuis 2014 n'a cessé d'aggraver la crise économique qui frappe le Venezuela et qui a provoqué le départ de quelque 4,9 millions d'habitants depuis 2015, selon l'Onu. En six ans, l'économie s'est contractée de moitié. Le pays sud-américain, qui détient les plus grandes réserves pétrolières du monde, tire la grande majorité de ses revenus de l'or noir. Le secteur est victime de la corruption et du manque d'investissements, selon les analystes et l'opposition vénézuélienne. La production a dégringolé de 3,2 millions de barils/jour en 2008 à 865.000 barils/jour en février, selon les chiffres fournis par la compagnie publique PDVSA à l'Opep. (Belga)

Selon le ministère - qui donne depuis 2017 les chiffres du secteur pétrolier en yuans pour protester contre les sanctions américaines - le prix du brut a été de 70,62 yuans entre lundi et vendredi, une première depuis 1998 lorsque le prix du baril avait atteint sur l'année 9,38 dollars. Le cours hebdomadaire est bien en dessous de la moyenne annuelle de 2019, qui s'établissait à 56,70 dollars le baril, et de celle de 2018 à 61,41 dollars. La baisse des cours du pétrole depuis 2014 n'a cessé d'aggraver la crise économique qui frappe le Venezuela et qui a provoqué le départ de quelque 4,9 millions d'habitants depuis 2015, selon l'Onu. En six ans, l'économie s'est contractée de moitié. Le pays sud-américain, qui détient les plus grandes réserves pétrolières du monde, tire la grande majorité de ses revenus de l'or noir. Le secteur est victime de la corruption et du manque d'investissements, selon les analystes et l'opposition vénézuélienne. La production a dégringolé de 3,2 millions de barils/jour en 2008 à 865.000 barils/jour en février, selon les chiffres fournis par la compagnie publique PDVSA à l'Opep. (Belga)