La mesure entre en vigueur ce mercredi 18 mars et sera d'application jusqu'au 17 avril. La vente à découvert consiste à miser sur la baisse du cours d'une action. Il s'agit d'emprunter des actions pour les vendre, en vue de les racheter ultérieurement à un cours plus bas et d'empocher ainsi la différence. La FSMA justifie sa décision notamment par le fait que l'épidémie de Covid-19 a de graves effets néfastes sur l'économie réelle et les marchés financiers de l'Union européenne. "(...) depuis le 20 février 2020, les marchés d'actions de l'UE ont perdu plus de 30% en valeur, et tous les secteurs et types d'émetteurs ont été touchés par de fortes baisses de cours", explique le gendarme boursier. La FSMA se réfère également aux mesures drastiques décidées en Belgique pour contenir la pandémie du nouveau coronavirus et souligne que la situation d'urgence causée par l'épidémie peut menacer sérieusement la confiance dans les marchés boursiers, ce qui pourrait aller jusqu'à menacer la stabilité financière. La dernière fois que la vente à découvert avait été interdite en Belgique remontait à 2011, une période de volatilité des marchés financiers dans la foulée de la crise de l'euro. (Belga)

La mesure entre en vigueur ce mercredi 18 mars et sera d'application jusqu'au 17 avril. La vente à découvert consiste à miser sur la baisse du cours d'une action. Il s'agit d'emprunter des actions pour les vendre, en vue de les racheter ultérieurement à un cours plus bas et d'empocher ainsi la différence. La FSMA justifie sa décision notamment par le fait que l'épidémie de Covid-19 a de graves effets néfastes sur l'économie réelle et les marchés financiers de l'Union européenne. "(...) depuis le 20 février 2020, les marchés d'actions de l'UE ont perdu plus de 30% en valeur, et tous les secteurs et types d'émetteurs ont été touchés par de fortes baisses de cours", explique le gendarme boursier. La FSMA se réfère également aux mesures drastiques décidées en Belgique pour contenir la pandémie du nouveau coronavirus et souligne que la situation d'urgence causée par l'épidémie peut menacer sérieusement la confiance dans les marchés boursiers, ce qui pourrait aller jusqu'à menacer la stabilité financière. La dernière fois que la vente à découvert avait été interdite en Belgique remontait à 2011, une période de volatilité des marchés financiers dans la foulée de la crise de l'euro. (Belga)