La baisse de l'indicateur est donc la plus marquée dans les services aux entreprises. Les entrepreneurs y ont porté un regard moins optimiste sur leur activité, tant actuelle que future. Ils ont également revu à la baisse leurs anticipations relatives à la demande générale du marché, explique la BNB. Parmi les branches sondées, seule celle des services informatiques n'est pas touchée par le repli de la confiance, note la Banque nationale. Dans l'industrie manufacturière, la confiance évolue diversement selon les branches d'activité. Globalement, les chefs d'entreprise sont surtout plus modérés dans leurs prévisions d'emploi. Ils émettent aussi un jugement moins favorable concernant leur carnet de commandes et le niveau de leurs stocks et se montrent aussi plus réservés s'agissant des prévisions de la demande. L'indicateur augmente en revanche légèrement dans la construction, où les patrons jugent plus favorablement le nombre de nouvelles commandes reçues et portent une appréciation plus positive sur le carnet de commandes total. Ils mentionnent toutefois des perspectives de demande plus faibles. Enfin, la plus nette hausse de la confiance dans le commerce repose sur de meilleures prévisions de demande et, dans une moindre mesure, d'emploi, conclut la BNB. (Belga)

La baisse de l'indicateur est donc la plus marquée dans les services aux entreprises. Les entrepreneurs y ont porté un regard moins optimiste sur leur activité, tant actuelle que future. Ils ont également revu à la baisse leurs anticipations relatives à la demande générale du marché, explique la BNB. Parmi les branches sondées, seule celle des services informatiques n'est pas touchée par le repli de la confiance, note la Banque nationale. Dans l'industrie manufacturière, la confiance évolue diversement selon les branches d'activité. Globalement, les chefs d'entreprise sont surtout plus modérés dans leurs prévisions d'emploi. Ils émettent aussi un jugement moins favorable concernant leur carnet de commandes et le niveau de leurs stocks et se montrent aussi plus réservés s'agissant des prévisions de la demande. L'indicateur augmente en revanche légèrement dans la construction, où les patrons jugent plus favorablement le nombre de nouvelles commandes reçues et portent une appréciation plus positive sur le carnet de commandes total. Ils mentionnent toutefois des perspectives de demande plus faibles. Enfin, la plus nette hausse de la confiance dans le commerce repose sur de meilleures prévisions de demande et, dans une moindre mesure, d'emploi, conclut la BNB. (Belga)