Au plus fort du confinement, deux entreprises de construction sur trois avaient dû presque complètement, voire complètement fermer leurs portes.

Le mois d'avril a été particulièrement difficile: les entreprises de construction n'ont pu réaliser que 42% de leurs activités, par rapport à un mois d'avril normal, pointe encore la Confédération Construction. "Dans ce domaine, notre secteur a sérieusement besoin de rattraper son retard, alors qu'il continue à devoir faire face à un certain nombre d'obstacles", souligne l'administrateur délégué de la Confédération Construction, Robert de Mûelenaere, cité dans un communiqué.

Les règles de distanciation sociale représentent la contrainte principale pour 61% des entrepreneurs quand il s'agit de reprendre ou de poursuivre les travaux; 36 % éprouvent des difficultés pour le transport depuis et vers le chantier, problème également lié à la distanciation sociale, tandis que 30% remarquent que leurs travailleurs ont peur d'être infectés.

Une entreprise de construction sur quatre pointe le manque d'équipements de protection individuelle (EPI) pour expliquer les difficultés à redémarrer les activités, alors que 24% parlent d'un manque de fournisseurs quand elles doivent définir l'obstacle le plus important pour le moment, indique encore l'organisation sectorielle.

Au plus fort du confinement, deux entreprises de construction sur trois avaient dû presque complètement, voire complètement fermer leurs portes. Le mois d'avril a été particulièrement difficile: les entreprises de construction n'ont pu réaliser que 42% de leurs activités, par rapport à un mois d'avril normal, pointe encore la Confédération Construction. "Dans ce domaine, notre secteur a sérieusement besoin de rattraper son retard, alors qu'il continue à devoir faire face à un certain nombre d'obstacles", souligne l'administrateur délégué de la Confédération Construction, Robert de Mûelenaere, cité dans un communiqué. Les règles de distanciation sociale représentent la contrainte principale pour 61% des entrepreneurs quand il s'agit de reprendre ou de poursuivre les travaux; 36 % éprouvent des difficultés pour le transport depuis et vers le chantier, problème également lié à la distanciation sociale, tandis que 30% remarquent que leurs travailleurs ont peur d'être infectés. Une entreprise de construction sur quatre pointe le manque d'équipements de protection individuelle (EPI) pour expliquer les difficultés à redémarrer les activités, alors que 24% parlent d'un manque de fournisseurs quand elles doivent définir l'obstacle le plus important pour le moment, indique encore l'organisation sectorielle.