"L'aviation a continué à bien se rétablir ces dernières semaines avec une croissance régulière, passant de 68% du niveau de 2019 en janvier à 79% début avril", indique Eurocontrol. Ceci malgré l'impact de l'invasion russe de l'Ukraine sur le réseau de vols et les prix du carburant. Selon le scénario "de base" élaboré par Eurocontrol avec le secteur de l'aviation, le nombre de vols en Europe continuerait de progresser, atteignant 88% du niveau de 2019 en juillet et 89% en août, pour atteindre 92% à la fin de l'année. Sur l'ensemble de l'année, il y aurait quelque 9,3 millions de vols dans l'espace aérien européen, soit 84% du niveau de pré-pandémie: en 2019, un nombre record de 11,1 millions de vols a été enregistré. En 2021, il n'y a eu que 6,2 millions de vols. Dans un scénario plus pessimiste, le trafic aérien européen se situerait à 83% du niveau de 2019 à la fin de l'année, et à 96% dans un scénario plus optimiste. Eurocontrol signale toutefois certains risques qui pourraient influencer négativement les prévisions, comme une possible résurgence du coronavirus, des tensions géopolitiques persistantes dues notamment à la guerre en Ukraine, voire d'éventuelles pénuries de personnel dans les aéroports. (Belga)

"L'aviation a continué à bien se rétablir ces dernières semaines avec une croissance régulière, passant de 68% du niveau de 2019 en janvier à 79% début avril", indique Eurocontrol. Ceci malgré l'impact de l'invasion russe de l'Ukraine sur le réseau de vols et les prix du carburant. Selon le scénario "de base" élaboré par Eurocontrol avec le secteur de l'aviation, le nombre de vols en Europe continuerait de progresser, atteignant 88% du niveau de 2019 en juillet et 89% en août, pour atteindre 92% à la fin de l'année. Sur l'ensemble de l'année, il y aurait quelque 9,3 millions de vols dans l'espace aérien européen, soit 84% du niveau de pré-pandémie: en 2019, un nombre record de 11,1 millions de vols a été enregistré. En 2021, il n'y a eu que 6,2 millions de vols. Dans un scénario plus pessimiste, le trafic aérien européen se situerait à 83% du niveau de 2019 à la fin de l'année, et à 96% dans un scénario plus optimiste. Eurocontrol signale toutefois certains risques qui pourraient influencer négativement les prévisions, comme une possible résurgence du coronavirus, des tensions géopolitiques persistantes dues notamment à la guerre en Ukraine, voire d'éventuelles pénuries de personnel dans les aéroports. (Belga)