La société précise qu'elle a obtenu de bons résultats au premier trimestre. Le chiffre d'affaires a augmenté de 5,7%, à 153 millions d'euros, et l'ebitda ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) a presque doublé pour atteindre 14 millions d'euros. Déterminer l'impact de la crise du coronavirus reste difficile pour le moment car cela dépendra de la date de redémarrage du secteur, poursuit l'entreprise. Les usines Deceuninck en Belgique, en France, au Royaume-Uni, en Croatie et en Russie ont été temporairement fermées, tandis que la plupart des travailleurs sont en chômage temporaire. En Belgique, environ 650 personnes travaillent pour Deceuninck, qui possède des usines à Dixmude et Hooglede-Gits. La production sur le site de Hooglede-Gits a repris en douceur lundi avec une partie du personnel. En France également, l'entreprise affirme être à nouveau partiellement active. Aux États-Unis, où Deceuninck possède des installations dans l'Ohio et du Nevada, les commandes sont aussi en diminution. L'entreprise a donc décidé de supprimer 230 emplois, soit un tiers des effectifs américains. (Belga)

La société précise qu'elle a obtenu de bons résultats au premier trimestre. Le chiffre d'affaires a augmenté de 5,7%, à 153 millions d'euros, et l'ebitda ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) a presque doublé pour atteindre 14 millions d'euros. Déterminer l'impact de la crise du coronavirus reste difficile pour le moment car cela dépendra de la date de redémarrage du secteur, poursuit l'entreprise. Les usines Deceuninck en Belgique, en France, au Royaume-Uni, en Croatie et en Russie ont été temporairement fermées, tandis que la plupart des travailleurs sont en chômage temporaire. En Belgique, environ 650 personnes travaillent pour Deceuninck, qui possède des usines à Dixmude et Hooglede-Gits. La production sur le site de Hooglede-Gits a repris en douceur lundi avec une partie du personnel. En France également, l'entreprise affirme être à nouveau partiellement active. Aux États-Unis, où Deceuninck possède des installations dans l'Ohio et du Nevada, les commandes sont aussi en diminution. L'entreprise a donc décidé de supprimer 230 emplois, soit un tiers des effectifs américains. (Belga)