"Au-delà des activités directement touchées - événementiel, culture, sport? - l'horeca, le commerce, les métiers de contact et bien d'autres secteurs n'atteindront certainement pas leur chiffre d'affaires habituel en cette période cruciale", égrène l'organisation patronale. Cette dernière appelle dès lors à un soutien "sans faille" des indépendants et des chefs de PME victimes de la situation. "Les deux principales mesures fédérales (chômage corona, droit passerelle) ont été prolongées jusqu'au 31 mars. Le moratoire de fait sur les faillites doit aussi se poursuivre et des plans d'apurement doivent être possibles pour les reports de versements de cotisations qui arrivent à échéance", martèle l'UCM. L'organisation demande enfin l'adaptation des aides régionales aux réductions d'activité imposées par la situation sanitaire. (Belga)

"Au-delà des activités directement touchées - événementiel, culture, sport? - l'horeca, le commerce, les métiers de contact et bien d'autres secteurs n'atteindront certainement pas leur chiffre d'affaires habituel en cette période cruciale", égrène l'organisation patronale. Cette dernière appelle dès lors à un soutien "sans faille" des indépendants et des chefs de PME victimes de la situation. "Les deux principales mesures fédérales (chômage corona, droit passerelle) ont été prolongées jusqu'au 31 mars. Le moratoire de fait sur les faillites doit aussi se poursuivre et des plans d'apurement doivent être possibles pour les reports de versements de cotisations qui arrivent à échéance", martèle l'UCM. L'organisation demande enfin l'adaptation des aides régionales aux réductions d'activité imposées par la situation sanitaire. (Belga)